"Sans sécurité, il n'y a pas de liberté", tacle Nicolas Sarkozy

"Sans sécurité, il n'y a pas de liberté", tacle Nicolas Sarkozy
Nicolas Sarkozy, le 24 juillet 2020 à Ajaccio, en Corse.

, publié le mardi 01 septembre 2020 à 10h49

A l'occasion d'une séance de dédicaces pour son dernier livre, l'ancien président à adresser une critique à peine voilée de la politique sécuritaire du gouvernement.

Alors que 12,4 millions d'écoliers reprennent mardi 1er septembre le chemin de l'école, Nicolas Sarkozy a également fait sa rentrée. Lundi soir, l'ancien président était en séance de dédicaces à Paris pour son dernier livre "Le Temps des tempêtes".

Interrogé par les journalistes à cette occasion, l'ancien président de la République s'est exprimé sur la montée des violences en France. 




"Sans sécurité, il n'y a pas de liberté", a-t-il analysé, avant d'adresser une critique à peine voilée de la politique du gouvernement. "Les gens sont très intelligents. Ils ont parfaitement compris que les créations d'emplois, que les problèmes économiques ne dépendaient pas forcément du gouvernement. En revanche, les missions régaliennes dépendent du gouvernement. C'est pour cela qu'il y a de tout temps, y compris à mon époque, une exigence à l'endroit de cette question de la sécurité."

"Par moment je vois des choses et j'entends des choses qui me laissent sans voix tellement elles sont brutales et inhumaines. Voilà qu'on peut frapper un conducteur de bus à quatre,  simplement parce qu'il demande de porter un masque. Ce n'est pas une question de droite ou de gauche, c'est simplement inacceptable", a déploré l'ancien chef de l'Etat. 

Emmanuel Macron a lui-même déploré vendredi dernier "une banalisation de la violence" qui s'est, selon lui, "durcie" "à la sortie du confinement" et qui nécessite "une réponse républicaine rapide", lors d'une rencontre à Paris avec l'Association de la presse présidentielle.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.