"Salutations et solidarité": voisins unis contre Covid-19

Chargement en cours
Des personnes font leurs courses au marché de Barbès, le 18 mars 2020 à Paris, au lendemain du début du confinement en France pour lutter contre le nouveau coronavirus
Des personnes font leurs courses au marché de Barbès, le 18 mars 2020 à Paris, au lendemain du début du confinement en France pour lutter contre le nouveau coronavirus
1/2
© AFP, JOEL SAGET

, publié le mercredi 18 mars 2020 à 15h37

"Beaucoup de voisins sont disposés à aider pour effectuer des courses ou autres. N'hésitez pas à solliciter votre voisin. Salutations et solidarité". Dans le hall de cet immeuble lyonnais, comme partout en France, la solidarité face au coronavirus s'organise.

Les réseaux sociaux fourmillent d'initiatives solidaires, qui contre-balancent les images de supermarchés dévalisés et les incivilités provoquée par le confinement du pays.

Dans le quartier Sans souci, le groupe WhatsApp d'une autre copropriété tourne à plein régime. "On s'est mis d'accord pour descendre dans le jardin de l'immeuble à tour de rôle afin d'éviter les contacts avec les autres enfants", explique Marion, professeure d'EPS en télétravail et maman de trois enfants.

"Nous allons mettre un affichage pour que les personnes fragiles notent les courses à faire et donnent des nouvelles", ajoute-t-elle

Esther, elle, n'a pas attendu le confinement pour frapper à la porte de Solange, 80 ans. "On lui a fait son marché: carottes, fenouils, brocolis ET sacs poubelle". 

Arnaud et Marie à Strasbourg sont allés encore plus loin. Ils gardent toute la journée depuis deux jours, Antoine 7 ans et Auguste 18 mois, les fils d'une famille de maraîchers qui turbine à plein volume pour nourrir les Strasbourgeois qui se sont rués lundi et mardi dans leur magasin paysan.

"Avec mes trois enfants, on se retrouve à sept à la maison. A devoir faire l'école à la maison pour quatre gosses, plus changer les couches d'Auguste qui jette ses voitures partout et veut aller dans le jardin. Et moi qui dois télé-travailler", raconte Arnaud.

- groupes Facebook -

En zone rurale, où l'habitat est plus dispersé, les choses s'organisent sur Facebook. Comme dans le Nord-Isère sur le groupe "Entraide 38110 #Covid19". 38110 pour le code postal du canton de la Tour-du-Pin.

Créé samedi soir, il compte déjà 528 membres.

Des jeunes filles offrent du baby-sitting;  une ferme propose de livrer gratuitement dans un rayon de 15 kilomètres; une maman donne des couches taille 1/2.

Il y a aussi des demandes plus insolites: "Avec la mise en place du confinement ma fille recherche en urgence un pré pour pouvoir s'occuper de son cheval. C'est un Barbe, il est castré, pas du tout dominant. Un amour de cheval. Urgent."

"Beaucoup demandent des impressions pour attestation de déplacement. Du coup, certains dans le groupe en ont imprimé plein et les ont déposées dans les boîtes à livres gratuits qu'on trouve autour de chez nous", explique Guillaume Sagnes, un des quatre administrateurs de ce groupe.

"Le sujet des masques revient pas mal aussi. Il y a des couturières qui ont besoin de dons de tissus et d'élastique pour en confectionner", ajoute-t-il.

Et la couture devient un sport national, de l'Isère à la Bretagne.

A Rennes, Clémentine Guérin, 30 ans, a passé quatre heures hier à coudre des masques de protection en tissu pour une amie infirmière qui travaille à l'hôpital psychiatrique Guillaume-Régnier de Rennes.

"J'en avais déjà fait pour les grands parents ce week-end et hier cette amie qui sait que je couds m'a appelée à l'aide parce que même si des masques vont arriver pour le personnel soignants, ce sera en priorité pour les CHU. J'ai fait six masques en polyester qu'elle est venue récupérer pour le service du matin. Il ne faut pas de coton", explique-t-elle. 

Elle a posté le tutoriel de fabrication de masques sur un groupe Facebook de "mamans rennaises" pour que d'autres puissent l'imiter. 

D'autres groupes sont nés un peu partout, comme à Auxerre ou Lyon. Certains expriment leur colère, d'autres distillent un flot de fausses informations.

D'où la petite remise au point hier soir d'une des administratrices de celui de la Tour-du-Pin qui appelle à "éviter les +coups de gueule+" sur la page ainsi que les publications inutiles...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.