Saint-Etienne : une marche en hommage à Yusufa, poignardé à mort pour un "motif futile"

Saint-Etienne : une marche en hommage à Yusufa, poignardé à mort pour un "motif futile"©DENIS CHARLET / AFP

publié le samedi 05 juin 2021 à 19h24

Son agression aurait démarré pour un "motif futile" durant laquelle le jeune père a reçu quatre coups de couteau dans le ventre, alors qu'il faisait face aux suspects devenus violents "apparemment sous l'effet de l'alcool", selon une source policière.

Yusufa, Gambien de 26 ans et père d'une fillette de deux mois, a été poignardé à mort mercredi 26 mai, à Saint-Etienne. Un rassemblement et une marche silencieuse ont été organisés ce samedi 5 juin, pour lui rendre hommage.



Selon des informations de Francebleu ce samedi, près d'un millier de personnes se sont rassemblées, scandant "Justice pour Yusufa", parmi lesquelles des proches de la victime, des militants pacifistes, ainsi que des représentants de l'association stéphanoise JIAS, qui est à l'origine de cette marche.

Le maire LR de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, également présent, évoqué "un fait dramatique qui a touché toute la ville".

Un "motif futile" à l'origine de l'agression

Mercredi 26 mai, vers 21h30, la victime, père d'une fillette de deux mois, avait croisé les suspects parmi un groupe d'une dizaine de personnes dans un quartier résidentiel de la ville. Son agression aurait démarré pour un "motif futile" durant laquelle le jeune père a reçu quatre coups de couteau dans le ventre, alors qu'il faisait face aux suspects devenus violents "apparemment sous l'effet de l'alcool", selon une source policière.

Les suspects, trois hommes d'origine arménienne âgés de 28, 32 et 62 ans, dont un père et son fils, ont été écroués dans la nuit de vendredi 28 à samedi 29 mai, mis en examen pour "meurtre avec armes, en réunion".

Des interpellations rapides

Des riverains avaient filmé la scène puis avaient transmis la vidéo aux enquêteurs.

Prise rapidement en charge par les pompiers et le Samu, la victime décédera dans la nuit au bloc opératoire du CHU de Saint-Etienne.

Tout aussi rapide, l'intervention de la police avait permis d'interpeller un premier membre du groupe, dont les vêtements portaient des traces de sang. Deux autres interpellations avaient suivi.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.