Saint-Étienne : des victimes d'un ex-prêtre pédophile témoignent en pleine messe

Saint-Étienne : des victimes d'un ex-prêtre pédophile témoignent en pleine messe
Une église à Mulhouse, le 9 mai 2015. (illustration)

, publié le lundi 26 novembre 2018 à 13h10

Trois ans de prison, dont 18 mois ferme, ont été requis à l'encontre de Régis Peyrard pour agressions sexuelles sur mineur.

Ils étaient trois, portant des silhouettes blanches d'enfants, et victimes d'agressions sexuelles de la part de l'ex-prêtre Régis Peyrard. Dimanche matin, ils ont pris la parole avant la messe à la cathédrale Saint-Charles de Saint-Étienne, avec l'accord du recteur, rapporte dimanche 25 novembre Le Progrès.

"Je veux qu'on nous voit au cœur de l'Église catholique, que les fidèles puissent entendre notre combat", a expliqué au Progrès Georges, l'une des victimes de cet ex-prêtre dont le procès a eu lieu mardi dernier.


Dimanche, le recteur de la cathédrale a invité Georges à s'exprimer devant les fidèles, dans un "esprit de compréhension pour les souffrances vécues", alors que "pendant des années, des dossiers (de pédophilie dans l'Église) sont restés sous le coude".

"C'est comme un droit de réponse à l'institution, a alors déclaré le désormais quinquagénaire.

Nous avons été entendus par la justice des hommes. Un jour, Monsieur Peyrard devra aussi affronter le jugement de Dieu. Je ne redirais pas ce que j'ai dit à la barre. Les enfants, ici présents, ne peuvent les entendre, mais, à vous les parents de faire attention à ces mains qui détruisent." Durant la messe, l'un des prêtres a ensuite appelé à "prier pour les victimes des perversions".


"Les hommes d'Église donnent parfois la fâcheuse impression de tourner autour du pot, de pratiquer la langue de bois, a également déclaré le recteur de la cathédrale. Jésus, lui, nous dit que la vérité finit toujours par éclater."

Au terme de l'audience correctionnelle mardi, une peine de trois ans de prison, dont la moitié avec sursis, à été requise contre Régis Peyrard, âgé de 85 ans. Le jugement a été mis en délibéré au 21 décembre.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.