Saint-Denis : ils pourchassent leurs victimes jusqu'aux urgences

Saint-Denis : ils pourchassent leurs victimes jusqu'aux urgences
L'hôpital Delafontaine à Saint-Denis le 9 août 2014.

Orange avec AFP, publié le samedi 07 octobre 2017 à 18h56

FAIT DIVERS. Cinq hommes armés de bombes lacrymogènes on débarqué vendredi dans l'hôpital Delafontaine à Saint-Denis et ont gazé quatre pompiers et deux infirmières.

Scène de panique à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) vendredi soir 6 octobre.

Vers 19h, cinq hommes munis de bombes lacrymogènes ont pénétré le service des urgences, rapporte Le Parisien samedi. Ils venaient de se battre au Décathlon de la Plaine Saint-Denis et voulaient continuer la bagarre avec trois de leurs victimes admises quelque temps plus tôt.



Ils ont gazé quatre pompiers et deux infirmières qui se trouvaient sur leur chemin. Grâce au dispositif de sécurité renforcée dont bénéficie l'hôpital depuis 2008, les forces de l'ordre sont intervenues dans les minutes qui ont suivi l'incident et ont placé les cinq agresseurs en garde à vue. Les urgences ont dû être fermées pendant une demi-heure, le temps de nettoyer et de ventiler le sas des urgences, mais aucun patient ou accompagnant se trouvant dans la salle d'attente n'a été blessé. Les agressés s'étaient cachés dans un laboratoire.

"Cela a créé un grand émoi dans l'hôpital, a raconté au quotidien Yolande Di Natale, directrice de l'hôpital. Mais nous sommes directement reliés au commissariat. Immédiatement, quatre véhicules de police se sont présentés à l'hôpital. Nous sommes confrontés une à deux fois par an à ce type de débordements. C'est très spectaculaire, mais la police est très réactive", précise-t-elle. La direction de l'hôpital a porté plainte.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.