Saint-Denis : ils pourchassent leurs victimes jusqu'aux urgences

Saint-Denis : ils pourchassent leurs victimes jusqu'aux urgences
L'hôpital Delafontaine à Saint-Denis le 9 août 2014.

Orange avec AFP, publié le samedi 07 octobre 2017 à 18h56

FAIT DIVERS. Cinq hommes armés de bombes lacrymogènes on débarqué vendredi dans l'hôpital Delafontaine à Saint-Denis et ont gazé quatre pompiers et deux infirmières.

Scène de panique à l'hôpital Delafontaine de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) vendredi soir 6 octobre.

Vers 19h, cinq hommes munis de bombes lacrymogènes ont pénétré le service des urgences, rapporte Le Parisien samedi. Ils venaient de se battre au Décathlon de la Plaine Saint-Denis et voulaient continuer la bagarre avec trois de leurs victimes admises quelque temps plus tôt.



Ils ont gazé quatre pompiers et deux infirmières qui se trouvaient sur leur chemin. Grâce au dispositif de sécurité renforcée dont bénéficie l'hôpital depuis 2008, les forces de l'ordre sont intervenues dans les minutes qui ont suivi l'incident et ont placé les cinq agresseurs en garde à vue. Les urgences ont dû être fermées pendant une demi-heure, le temps de nettoyer et de ventiler le sas des urgences, mais aucun patient ou accompagnant se trouvant dans la salle d'attente n'a été blessé. Les agressés s'étaient cachés dans un laboratoire.

"Cela a créé un grand émoi dans l'hôpital, a raconté au quotidien Yolande Di Natale, directrice de l'hôpital. Mais nous sommes directement reliés au commissariat. Immédiatement, quatre véhicules de police se sont présentés à l'hôpital. Nous sommes confrontés une à deux fois par an à ce type de débordements. C'est très spectaculaire, mais la police est très réactive", précise-t-elle. La direction de l'hôpital a porté plainte.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
320 commentaires - Saint-Denis : ils pourchassent leurs victimes jusqu'aux urgences
  • Inutile de demander quelles sont les nationalités de ces individus n'est-ce-pas
    Tant que notre belle "IN-justice " sera aussi laxiste avec ces malfrats, notre sécurité sera mise en péril de plus en plus souvent.
    Actuellement, notre belle IN-justice prête plus d'attention aux agresseurs qu'aux victimes
    Pour preuve, un homme qui abat un malfrat venu le voler et ayant maltraité son épouse invalide se retrouve en garde à vue ..N'est ce pas de la débilité ??

    Eh oui si on dit qui sont ces gens là on devient raciste !
    mais on sait c'est qui !! à bon entendeur .

  • Surtout ne pas utiliser les qualificatifs qui leurs sont ultra appropriés ! Non, ces élites méritent des félicitations de haut vol ! La crème de la crème ! C'est quoi le mot de notre president ? bordel c'est ça ?

  • Quel bordel !

  • Serait-ce là une version moderne de la chasse à courre ! Les agresseurs on-ils un emploi, ou de la collectivité sont-ils les serfs. Nul aujourd'hui, n'étant de bois, mais aux abois, il serait de bon aloi qu'elle soit revue à la hausse la loi.
    Pénétrer avec autant de hargne velléitaire dans ce lieu noble qu'est l'hôpital, signifie que l'on est pétri de certitude quant à l'impunité à laquelle l'on s'expose, et cette dernière à priori, semble avoir donné aux auteurs de la chose, une assurance pour le moins surprenante, et qui ne manque pas d'interroger quant à l'obstacle capable de stopper de tels comportements.

    Bien d'accord avec vous ; il est bien là le problème :"pétri de certitude quant à l'impunité à laquelle l'on s'expose". La justice à force de démissionner et d'appliquer des peines sévères ,laisse le niveau de violence et d'insécurité augmenter chaque jour un peu plus au détriment des gens qui travaillent!.

  • Le département de la Seine-Saint-Denis possède un taux de chômage élevé 18,5 % en moyenne en 2013 dû en partie à un niveau d'éducation plus faible que dans les départements voisins, c'est un département dynamique, bien que ses domaines d'excellence soient parfois méconnus.
    La mortalité infantile y est l'une des plus élevées de France métropolitaine pourtant ce département possède le taux de fécondité le plus élevé avec 2,50 enfants par femme. Ceci est notamment dû à la forte proportion d'immigrés (28,4 % en 2012), en provenance de pays en développement.
    Les immigrés sont au nombre de 449 557 et représentent 28,96 % de la population Les populations en provenance du Maghreb forment le principal groupe d'immigrés (151 243 en 2013), dont 78 362 originaires d'Algérie, 48 098 du Maroc et 24 783 de Tunisie, devant les immigrés venus du reste de l'Afrique (102 082), dont le nombre est en forte augmentation.
    Ceci expliquant cela !

    probabilité que vos chiffres sont justes "0" et tous ceux qui ne sont pas "comptabilisés" on les estiment à combien !!!