"S'il n'y a plus de maternité, il n'y a plus personne" : dans l'Eure, la commune de Bernay mobilisée pour sauver sa maternité

"S'il n'y a plus de maternité, il n'y a plus personne" : dans l'Eure, la commune de Bernay mobilisée pour sauver sa maternité©ARIANE GRIESSEL / FRANCEINFO
A lire aussi

franceinfo, publié le jeudi 29 mars 2018 à 08h31

Ils veulent tout faire pour sauver la petite maternité de Bernay, dans l'Eure, que l'Agence régionale de santé (ARS) veut remplacer par un centre périnatal. Jeudi 29 mars, des élus du département sont reçus par la ministre de la Santé Agnès Buzyn pour discuter de ce dossier. Une pétition contre cette fermeture a recueilli plus de 2 000 signatures. 

La maternité, rattachée au centre hospitalier de Bernay, dessert tout l'ouest de l'Eure. Elle doit cesser de fonctionner à l'automne. D'une part, la Haute Autorité pour la santé a retiré sa certification à l'hôpital fin 2017 (lire le rapport). D'autre part, l'ARS estime que le service n'enregistre pas assez de naissances et coûte trop cher. 

Bernay compte 11 000 habitants. La maternité, située un peu à l'écart du…

Lire la suite sur Franceinfo

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
8 commentaires - "S'il n'y a plus de maternité, il n'y a plus personne" : dans l'Eure, la commune de Bernay mobilisée pour sauver sa maternité
  • ils en font construire à Mayotte , ici , il faudra bientôt faire comme au siecle dernier , 30 km pour accoucher Politicards toujours aussi imbéciles et je suis poli

  • C'est toujours la même technique pour fermer des maternités ou des blocs opératoires.
    On fixe un seuil : ici, il faut 500 accouchements alors qu'il y a 10 ans, il en fallait 300. Et dans quelques années, ils monteront le seuil à 700 pour encore en fermer.
    Et c'est un peu facile pour le directeur de cet hôpital de dire que le service est déficitaire alors que c'est l'Etat qui fixe des tarifs qui ne reflètent pas le coût réel de la prise en charge.

  • Y en a marre de la casse de tout les services publics au profit de la finance Seul bientôt les riches pouvant payer pourront etre soignés !!!!

  • ma mere a fait 9 enfants
    dont trois fois des jumeaux de 1937 a 1946
    tous a la maison
    pourquoi aller a tout prix a l'hosto ??? ou sont nos sages femmes d'antant ????
    j'ai aussi 65 cousins tous eux aussi a la maison pas un mort a la naissance
    a mediter

  • Depuis vingt ou trente ans, les fermetures de maternité ont surtout permis de cacher à la population la diminution du nombre de gynécologues obstétriciens dans notre pays... à ce jour, le chiffre est tellement bas qu'il contraint de continuer ces fermetures.... les gouvernements successifs n'ont pas pris la mesure du danger en ayant pratiqué un numerus clausus (descendu à 3500 étudiants médecine pendant vingt ans) , le peu de spécialistes formés entre les années 1980 - 2005 ne permettent pas de renouveler ceux qui partent légitimement à la retraite (65 ans voire plus.)...
    Bon courage pour votre maternité !
    Lors des différents conflits sociaux dans les hôpitaux, rarement ce problème de manque de spécialistes médicaux était évoqué , pourtant déjà les hôpitaux devaient recruter à l'étranger (ex :Roumanie, pays d'Afrique , etc.. °
    Pénurie organisée ? et là encore ce sont les femmes qui vont être plus pénalisées car la spécialité "gynéco-obstétrique" n'est pas choisie par les étudiants en médecine : trop risqué et mal payé (à part dans les cliniques pour les FIV...)