Routes : les accidents causés par des conducteurs non assurés en nette hausse

Routes : les accidents causés par des conducteurs non assurés en nette hausse
Une vignette d'assurance collée à un pare-brise le 13 décembre 2016 à Grenoble.

, publié le mercredi 20 mars 2019 à 17h21

L'année dernière, le coût des accidents de la route causés par des personnes non-assurées s'est élevé à 119 millions d'euros. 

Le Parisien dévoile mercredi 20 mars le coût des accidents de la route causé par des automobilistes non assurés. Selon le quotidien francilien, en 2018, 30.873 personnes ont été victimes d'un automobiliste roulant sans vignette ou ayant pris la fuite.

Un chiffre en nette hausse, 12 % par rapport à 2013. En conséquence, le nombre de victimes a lui aussi bondi, on dénombre 109 personnes décédées en 2018 et 9.518 blessées. Le nombre de victimes corporelles a bondi de 21 %, rapporte Le Parisien. 



Les victimes pris en charge par le Fonds de garantie des Assurances obligatoires

Sans assurance, le chauffard mis en cause est responsable sur ses biens personnels. Il sera donc presque impossible pour les victimes d'être indemnisées directement par ces conducteurs. Les victimes sont alors pris en charge par le Fonds de garantie des Assurances obligatoires (FGAO). Un organisme public pris en charge par les assurances, mais aussi par les assurés, soit environ deux euros par automobiliste et par an. Selon le chiffre avancé par Le Parisien, le coût de financement des accidents causés par ces conducteurs non-assurés s'est élevé à 119 millions d'euros en 2018 soit 32 % de plus qu'en 2013.  

Selon les chiffres du gouvernement, 700.000 véhicules circuleraient sans assurance. Il s'agit de personnes en situation de précarité, de délinquants routiers ou tout simplement de personnes ayant oublié de renouveler leur assurance.  Rouler sans vignette verte, c'est s'exposer à 3.750 euros d'amende, la suspension du permis de conduire et la confiscation du véhicule. Les chauffards peuvent aussi être amenés à rembourser des très lourdes sommes aux victimes. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.