Routes à 80 km/h : des panneaux vandalisés

Routes à 80 km/h : des panneaux vandalisés
Des panneaux marquant la nouvelle limite de vitesse ont été dégradés sur plusieurs routes françaises.

Orange avec AFP, publié le vendredi 06 juillet 2018 à 14h40

VIDÉO. Pyrénées-Atlantiques, Lorraine, Doubs...

Plus d'une dizaine de panneaux 80 km/h ont déjà été tagués et d'autres vandalisés ces derniers jours, selon Le Parisien et France Télévisions.

Des panneaux pliés, bâchés, portés disparus ou customisés d'un dessin obscène... Le nombre exact de panneaux concernés n'a pas encore été comptabilisé mais selon un décompte du Parisien, une quinzaine de ces panneaux, installés quelques jours avant l'entrée en vigueur de la mesure au 1er juillet, auraient été pris pour cible.



"C'est illégal et particulièrement stupide. Effacer ou rendre illisible un panneau de limitation de vitesse n'efface pas l'obligation", a rappelé le délégué interministériel à la Sécurité routière, Emmanuel Barbe. Ces actes pourraient également induire en erreur des conducteurs bien intentionnés.

"Le gouvernement doit se poser des questions"

Mais Emmanuel Barbe rappelle que les conducteurs pourraient, dans ces cas précis, contester les éventuelles amendes reçues, comme dans les cas où des panneaux 90 km/h auraient été laissés par erreur. "Nous invitons les conducteurs à les signaler plutôt qu'à jouer la stratégie de la guerre civile !", a-t-il ajouté.



Du côté des associations de motards en colères ont assuré qu'"aucune consigne pour ces actes de vandalisme" n'a été donnée. "Ce n'est pas notre mode d'action", a précisé au Parisien le responsable de la sécurité routière à la Fédération française des motards en colère (FFMC), Marc Bertrand.

"Je me dis que des usagers ont préféré plier le panneau plutôt que se plier à la nouvelle réglementation", moque-t-il. "Quand une mesure soulève autant de contestation, un gouvernement démocratique doit se poser des questions". La détérioration de panneaux peut coûter 15.000 euros d'amende et des peines de travaux d'intérêt général.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU