Rougeole: vacciner les adultes pour combattre l'épidémie

Chargement en cours
 Depuis le 1er novembre, 387 cas de rougeole ont été déclarés en France, qui ont entraîné 83 hospitalisations, dont 6 en réanimation

Depuis le 1er novembre, 387 cas de rougeole ont été déclarés en France, qui ont entraîné 83 hospitalisations, dont 6 en réanimation

1/3
© AFP
A lire aussi

AFP, publié le mercredi 14 février 2018 à 13h10

Après le vif débat sur la vaccination des nourrissons, celle des adultes préoccupe les autorités de santé: elles demandent aux Français de se vacciner contre la rougeole, s'ils ne sont pas sûrs d'être à jour, pour endiguer l'épidémie.

La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a demandé mercredi "à toutes les personnes qui ne sont pas vaccinées (contre la rougeole) ou qui n'ont pas fait vacciner leurs enfants de faire un rattrapage".

Une femme de 32 ans est morte samedi à Poitiers. Il s'agit du 21e décès dû à la rougeole depuis 2008, selon les chiffres de l'agence sanitaire Santé publique France.

Dès mardi, après l'annonce de cette mort, la Direction générale de la Santé (DGS) invitait "toutes les personnes non vaccinées ou qui auraient des doutes concernant leur statut vaccinal à consulter dès à présent leur médecin traitant pour une éventuelle mise à jour".

"Dans certaines régions de France, la couverture est autour de 70%, c'est totalement insuffisant pour empêcher une épidémie d'émerger", a souligné Mme Buzyn sur France Inter.

Depuis le 1er novembre, 387 cas de rougeole ont été déclarés en France, qui ont entraîné 83 hospitalisations, dont 6 en réanimation. Dans les cas les plus graves, cette maladie peut entraîner des complications respiratoires (infections pulmonaires) et neurologiques (encéphalites).

Le principal foyer épidémique est en Nouvelle-Aquitaine. La région compte 269 cas confirmés, dont un quart (66) ayant nécessité une hospitalisation.

Selon Mme Buzyn, "pratiquement tous les cas de rougeole sont survenus soit chez des gens non vaccinés, soit n'ayant reçu qu'une seule dose dans leur vie, alors que deux doses étaient recommandées à l'époque".

La femme de 32 ans morte à Poitiers n'avait elle-même jamais été vaccinée.

"Tous les enfants et jeunes adultes devraient être vaccinés contre la rougeole. C'est une vaccination très efficace qui protège de la maladie dans près de 100% des cas après deux doses de vaccin", ont insisté la DGS et Santé publique France dans un communiqué commun.

C'est pour cette raison que la vaccination contre la rougeole fait partie depuis le 1er janvier des vaccins obligatoires pour les enfants, dont le nombre est passé de trois à onze au terme de vifs débats.

- 'Pas à l'abri' -

Pour les autorités de santé, l'enjeu est maintenant de sensibiliser les jeunes adultes qui ont échappé à la vaccination, soit par négligence, soit parce qu'on insistait moins qu'aujourd'hui sur sa nécessité.

"C'est le reflet de l'histoire de la vaccination en France: il y a des gens de 20 à 40 ans qui ont grandi sans être vaccinés et se retrouvent aujourd'hui non immunisés", a déclaré à l'AFP le responsable de l'unité vaccination à Santé publique France, Daniel Lévy-Bruhl.

Dans son rapport annuel publié le 7 février, la Cour des comptes juge sévèrement la politique vaccinale de l'État par le passé: "Les plans successifs n'ont débouché que sur des mesures partielles, mal coordonnées, insuffisantes en tout état de cause pour renforcer suffisamment l'adhésion vaccinale".

Selon Santé publique France, "plus de 24.000 cas de rougeole ont été déclarés en France" entre 2008 et 2016, "dont près de 15.000 cas pour la seule année 2011". Plus de 1.500 cas se sont soldés par une "pneumopathie grave" et 34 par une complication neurologique.

En 2017, 519 cas ont été déclarés, près du septuple de 2016 (79 cas), souligne l'agence sanitaire. Elle met en garde: "La France n'est pas à l'abri d'une nouvelle épidémie d'ampleur importante, comme celles observées dans plusieurs pays" européens comme l'Italie (près de 5.000 cas), l'Allemagne (plus de 900) ou la Roumanie (plus de 6.000).

Enfin, "le taux de vaccination en Nouvelle-Aquitaine n'est pas très différent de la moyenne nationale", renchérit M. Lévy-Bruhl. "Il n'y a pas de spécificité qui explique que l'épidémie touche cette région, donc si c'est arrivé là aujourd'hui, ça arrivera probablement ailleurs demain".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
95 commentaires - Rougeole: vacciner les adultes pour combattre l'épidémie
  • un mort et tout le monde doit de faire vacciner
    le changement de fabrication du levothyrox a occasionné 14 morts non reconnus par la ministre de la santé madame Buzin personnes agées mais peut etre que celles ci auraient aimé vivre un peu plus longtemps
    Moi j'en suis a ma troizième marque
    L Eurotyrox qui me convenait devait etre fourni jusqu'à fin 2018 n'est plus en vente
    qui a décide de ne plus fabriqué l'ancien levothyrox elle ou son mari

  • 15.02.18 10:17

    Devant cette épidemie, la ministre a-t-elle pris les décisions qui s'imposaient devant cette maladie à déclaration obligatoire : isolement pendant 18 jours des malades et de leur entourage, vaccination de tous les sujets contacts ... ou bien a-t-on attendu l'extension et la survenue d'un décès pour tenter de justifier les 11 vaccins dont une grande partie est inutile

  • Avec la circulation des personnes à un niveau jamais atteint ,c'est l’Europe et sa proche (et lointaine) banlieue qu'il faut vacciner.

  • Pourquoi n'y a t'il pas une étude qui montre la résurgence de certaines maladies qui avaient pratiquement disparues en France et le flux migratoire en constante augmentation dans notre pays. Je pense que cela apporterait un éclairage nouveau. Mais je pense que nos politiques ont trop peur du résultat de cette étude pour la lancer.

    Parce que c'est faux, la vaccination est au niveau mondial ( 85 %) alors que la France est en dessous de ce pourcentage.
    Et que disons 5 000 migrants non vaccinés en Nouvelle Aquitaine ne feraient quasiment pas varier le taux de couverture.
    D'autre part, en France jusqu'aux campagnes de vaccinations obligatoire, cette maladie touchait quelques centaines de milleirs de personnes et quelques milliers de mort, chaque année.

  • avatar
    TIARE98  (privé) -

    Si un jour un vaccin est trouvé contre le cancer, j'espère que les anti-vaccins passeront leur tour et qu'ils iront, pour eux et leur famille, jusqu'au bout de leurs idées. Mais je n'en suis pas certain.
    Polio, tétanos, rage, méningite : je pense que les vaccins ont prouvé leur efficacité. Alors ce n'est pas contre les vaccins qu'il faut lutter mais contre les laboratoires qui y ajoutent des adjuvants aux sels d'aluminium.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]