Roubaix : des animaux du jardin pédagogique massacrés

Roubaix : des animaux du jardin pédagogique massacrés
Des poulets photographiés à Ingrandes, à côté de Tours, le 21 janvier 2014.

Orange avec AFP, publié le mercredi 02 août 2017 à 20h28

Une dizaine de volailles a été volée le week-end du samedi 29 et dimanche 30 juillet au jardin de la Chlorophylle à Roubaix (Nord). Les poules ont été retrouvées par la police lors d'un contrôle routier, elles avaient été décapitées rapporte La Voix du Nord mardi 1er août.

Le personnel du jardin a lui retrouvé les têtes des animaux dans la basse-cour, lundi matin. "C'est la troisième fois en six mois que nous sommes victimes de vols d'animaux. Les fois précédentes, nous n'avions aucune trace des animaux volés. Là, c'est un massacre, les bêtes ont été décapitées", confie un bénévole au quotidien local.



Les animaux de basse-cour auraient été massacrés dans la nuit du vendredi au samedi. Très tôt dans la matinée, la police repère un véhicule suspect, avec trois hommes à bord, dans la rue où est située le jardin pédagogique de la Chlorophylle de Roubaix. Ils veulent procéder à un contrôle d'identité, mais le conducteur prend la fuite.

TROIS VOLS D'ANIMAUX EN SIX MOIS

S'engage alors une course poursuite sur la voie rapide. Le chauffeur perd le contrôle de son véhicule. Quand la police arrive à sa hauteur, deux individus ont déjà pu quitter les lieux. Le troisième homme est interpellé, raconte La Voix du Nord. Dans le coffre du véhicule, la police fait une macabre découverte : des cadavres des oies, coqs et dindons volés de la basse-cour du jardin roubaisien.



C'est la troisième fois en six mois que des animaux sont volés dans ce jardin. Une plainte va être déposée, assure le quotidien du Nord. En 2015 déjà, les locaux du jardin de l'association avaient déjà été cambriolés à cinq reprises en moins de six mois, précise Ouest France mardi. Des faits similaires se sont produits dans une autre association à but pédagogique de la ville du Nord ces derniers mois, toujours selon le quotidien de l'Ouest.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU