Rixe à Sisco : plusieurs personnes placées en garde à vue

Rixe à Sisco : plusieurs personnes placées en garde à vue
Une vue de la plage de Sisco, en Haute-Corse, le 14 août 2016.

publié le mercredi 17 août 2016 à 13h50

- Jusqu'à présent, l'élément déclencheur de la bagarre reste flou et les investigations n'ont pas permis de confirmer ou de démentir la présence de baigneuses en "burkini". -

Plusieurs personnes sont actuellement en garde à vue dans le cadre de l'enquête sur la violente rixe qui s'est déroulée le week-end dernier à Sisco (Haute-Corse), selon des sources proches de l'enquête, citées par BFMTV et France Info.

Ces personnes sont entendues par les gendarmes pour tenter de comprendre le déroulé des faits. Selon la radio publique, elles seraient au nombre de deux.

Il s'agit des deux premières interpellations, quatre jours après le début de cette enquête menée par la section de recherche d'Ajaccio. Cette enquête pour "violences en réunion" s'annonce complexe et délicate. Les gendarmes ont procédé mardi à plusieurs auditions de témoins. Mais jusqu'à présent, l'élément déclencheur de la rixe reste flou.

"PROTÉGER LA POPULATION"

Selon France Info, il semble que la bagarre ait bien éclaté à cause d'une photographie prise sur la plage, mais il n'y aurait pas eu de femme en burkini sur la plage de Sisco, seulement des personnes habillées, explique la radio. Certains témoins avaient pourtant évoqué un différent lié à des photos prises par des touristes de baigneuses en "burkini" sur la plage.

La rixe, qui a éclaté dans la soirée du samedi 13 août entre les membres de trois familles, d'origine maghrébine, et des jeunes de la région de Sisco qui ont reçu le renfort de proches, a fait cinq blessés légers. Sans attendre que l'enquête aboutisse, le maire PS de Sisco, Ange-Pierre Vivoni, avait annoncé lundi avoir pris un arrêté interdisant le burkini sur les plages de sa commune, après les incidents violents, "pour protéger les Maghrébins de sa commune".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.