Risque de thrombose rare, décès après injection, suspension momentanée : le point sur le vaccin AstraZeneca

Risque de thrombose rare, décès après injection, suspension momentanée : le point sur le vaccin AstraZeneca
Les premières inquiétudes liées à ce vaccin remontent au 8 mars quand l'Autriche suspend un lot après le décès d'une infirmière de 49 ans

, publié le vendredi 26 mars 2021 à 23h00

Après deux décès en France, l'Agence du médicament a évoqué l'existence d'un risque "rare" de thrombose atypique associé au vaccin contre le Covid-19. 

L'Agence du médicament (ANSM) a évoqué l'existence d'un risque "rare" de thrombose atypique associé au vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca, après la survenue de nouveaux cas en France, dont deux décès, tout en soulignant que la balance bénéfice/risque restait "favorable".


"Neuf cas de thromboses des grosses veines, atypiques par leur localisation (cérébrale en majorité, mais également digestive), pouvant être associés à une thrombopénie (diminution du nombre de plaquettes dans le sang ou à des troubles de coagulation) ont été déclarés", soit six de plus que la semaine précédente, indique l'ANSM dans son dernier point de situation sur la surveillance des vaccins contre le Covid-19. 

Parmi ces cas, "deux décès" ont été rapportés entre le 12 et le 18 mars, dont celui d'un étudiant en médecine nantais mort le 18 mars plusieurs jours après avoir été vacciné. Des analyses complémentaires sont en cours, dans le cadre d'une enquête judiciaire.  

Pourquoi le vaccin AstraZeneca a-t-il été suspendu dans un premier temps ? 

Les premières inquiétudes liées à ce vaccin remontent au 8 mars quand l'Autriche suspend un lot après le décès d'une infirmière de 49 ans des suites de "graves problèmes de coagulation sanguine", après avoir reçu le vaccin AstraZeneca.

Le 15 mars, le vaccin a été suspendu par plusieurs pays après le signalement de caillots sanguins parfois mortels. Le 20 mars, La France a levé sa suspension après un après un avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA) le jugeant "sûr et efficace" et affirmant que sa balance bénéfice/risque face à l'épidémie de Covid-19 était positive. (La Haute autorité de santé a toutefois recommandé de le réserver aux personnes de 55 ans et plus). 

L'efficacité du vaccin est-elle remise en cause ? 

Non, selon l'EMA "les bénéfices des vaccins continuent de l'emporter sur les risques". Même discours du côté de l'Organisation Mondiale de la Santé : "Le vaccin AstraZeneca continue d'avoir un profil bénéfices-risques positif, avec un énorme potentiel pour prévenir les infections et réduire les décès dans le monde entier". 

Le 26 mars, AstraZeneca a communiqué de nouvelles données concernant l'efficacité de son vaccin : il serait efficace à 76% contre les cas symptomatiques. 

5700 effets indésirables 

Sur 1,4 millions de vaccins AstraZeneca injectés en France au 18 mars, environ 5700 effets indésirables ont été analysés par les centres de pharmaco-vigilance, en "grande majorité" des "syndromes pseudo-grippaux, souvent de forte intensité" (fièvre, maux de tête, courbatures).  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.