Retraites: Martinez (CGT) rend visite à des grévistes dans un dépôt de bus

Retraites: Martinez (CGT) rend visite à des grévistes dans un dépôt de bus
Philippe Martinez lors d'une manifestation contre la réforme des retraites le 10 décembre 2019 à Paris

, publié le vendredi 27 décembre 2019 à 10h04

Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, opposé à la réforme des retraites voulue par l'exécutif, s'est rendu tôt vendredi matin auprès de grévistes dans un dépôt de bus RATP à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), où il a dénoncé "la fébrilité du gouvernement".

"C'est un mouvement fort, qui est toujours soutenu par l'opinion publique", a-t-il lancé, selon des images retransmises par BFMTV.

"Je suis venu (...) soutenir les grévistes parce que nous avons un Premier ministre qui dit +je ne veux pas de confrontation, c'est pas la guerre+, et puis on est accueilli par des matraques", a-t-il dit, entouré de grévistes.

"Cette conception du dialogue social, ça montre la fébrilité du gouvernement", a-t-il ajouté en ce 23e jour de mobilisation, désormais plus longue que celle de 1995, qui a duré 22 jours.

Selon la préfecture de police, quatre dépôts de bus étaient bloqués vers 6H00, dont deux partiellement, à Paris et en petite couronne. Deux heures plus tard, après intervention des forces de l'ordre, il n'y avait "plus aucun blocage sur l'agglomération parisienne", a-t-elle précisé sur Twitter.

Le dépôt de Vitry-sur-Seine a été débloqué "dès 04H30" de manière "rapide et sans incident", a ensuite tweeté la préfecture de police, affirmant garantir "la liberté du travail".

Interrogés par l'AFP, Philippe Martinez et son entourage n'étaient pas disponibles dans la matinée pour de plus amples informations.

La CGT, qui réclame le retrait pur et simple de la future réforme de système "universel" par points, a lancé le 5 décembre un appel à grèves et manifestations, dans le cadre d'une intersyndicale composée de Force ouvrière, la FSU, Solidaires et des mouvements de jeunesse. La grève "illimitée" à la RATP et à la SNCF se poursuit depuis.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.