Retraites : les pensions complémentaires des salariés du privé bientôt gelées ?

Retraites : les pensions complémentaires des salariés du privé bientôt gelées ?
(Photo d'illustration)
A lire aussi

, publié le mercredi 07 octobre 2020 à 12h30

Contrairement à ce que prévoit un accord signé en mi 2019 avec les partenaires sociaux, le bureau de l'Agirc-Arrco est favorable au gel des pensions jusqu'à l'année prochaine, révèle Le Figaro.

En mai 2019, les partenaires sociaux ont signé un accord sur les retraites complémentaires, qui constituent jusqu'à 60% de la pension des anciens cadres, des 12 millions de retraités du privé affiliés à l'Agirc-Arrco garantissant une hausse au moins au niveau de l'inflation jusqu'en 2022. Mais cette revalorisation, qui devait avoir lieu le 1er novembre, est remise en cause, car avec la crise l'inflation est devenue supérieure à l'évolution des salaires. 




"Cette année, le salaire de référence va baisser de 7 % à 8 % en raison des mesures de chômage partiel, nous proposons donc de geler la revalorisation de la valeur de service du point, qui sert à calculer les pensions", explique au Figaro Jean-Claude Barboul, le président CFDT de l'Agirc-Arrco. Une proposition qui va être soumise jeudi à l'approbation du Conseil d'administration du régime de retraite. "Ce gel est une question d'équité qui va avoir très peu d'impact sur le pouvoir d'achat des retraités car on s'attend à une inflation autour de 0,1 voire 0,2%, on est sur une mesure de l'épaisseur du trait alors que l'on estime que le pouvoir d'achat des salariés va reculer de 5,7% ", juge Eric Chevée, le représentant de la Confédération des petites et moyenne entreprise (CPME), dans les colonnes de Capital. 

Par ailleurs le bureau de l'Agirc-Arrco souhaite demander aux partenaires sociaux d'attendre 2021 pour fixer l'évolution de la "valeur d'achat du point", qui permet aux actifs de calculer leurs droits futurs. "Tous les organismes de prestations sociales sont dans le brouillard. Il vaut mieux attendre 2021 pour tirer le bilan", précise Jean-Claude Barboul.

Le bureau de l'Agirc-Arrco va également alerter les partenaires sociaux sur la dégradation des comptes du régime, dont le déficit pourrait se creuser cette année à 6,5 milliards d'euros, après être revenu à l'équilibre l'an dernier. Surtout, les réserves s'amenuisent et l'article 6 de l'accord de 2019 inscrit qu'elles ne doivent jamais se situer en dessous de 6 mois de prestations dans la période courant jusqu'à fin 2033. "Or, d'après les dernières projections, ces réserves pourraient prendre fin en 2025. Le conseil d'administration va alerter les partenaires sociaux sur cette situation et ils devront se remettre autour de la table, sûrement courant 2021 pour aborder cette question", prévoit Pierre Pluquin, de la CGT. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.