Retraites: affluence en net repli dans les cortèges, à Paris comme en régions

A lire aussi

, publié le mardi 10 décembre 2019 à 18h44

Quelque 339.000 personnes ont défilé mardi contre la réforme des retraites, à Paris et en régions, une affluence largement moitié moindre que le 5 décembre, selon le ministère de l'Intérieur.

Quasiment partout, la participation dans les cortèges a été plus que divisée par deux, d'une mobilisation à l'autre, selon des chiffres communiqués par les préfectures et compilés par l'AFP.

Ainsi les autorités annonçaient 31.000 personnes à Paris (contre 65.000 jeudi dernier), 12.000 à Toulouse et à Marseille (contre respectivement 33.000 et 25.000), 9.500 à Lyon (contre 21.000), 9.000 à Bordeaux ou à Nantes (contre 20.000 et 19.000).

A Montpellier, on a même compté trois fois moins de monde dans le cortège, avec 6.400 participants (contre 20.000 le 5 décembre), et à Bayonne quatre fois moins (2.500 au lieu de 10.000), toujours selon les préfectures.

Les syndicats, de leur côté, annonçaient comme souvent des chiffres bien supérieurs à ceux communiqués par les préfectures ou les services de la police, mais là aussi en baisse par rapport au 5 décembre: 180.000 à Paris (contre 250.000), 60.000 à Toulouse (contre 100.000), 18.000 à Lyon (contre 35.000). Dans l'ensemble du pays, 885.000 personnes ont manifesté mardi, contre 1,5 million jeudi dernier, selon la CGT.

"Je suis un peu déçu qu'il y ait moins de monde, mais les gens n'ont pas les moyens de faire grève tout le temps", a commenté Christian, 54 ans, employé à la mairie de Lille.

"C'est un peu moins de la moitié que jeudi dernier mais c'est satisfaisant pour nous", a souligné Anne-Véronique Roudaut, secrétaire générale de la CGT du Finistère.

Comme jeudi dernier, la mobilisation est toutefois restée relativement importante dans des villes petites ou moyennes: 3.000 personnes à Albi ou à Lorient, 2.200 à Périgueux, 1.700 à Dieppe, 1.000 à Vierzon...

Partout en France, les mobilisations ont rassemblé un large éventail de professions: enseignants (qui formaient par exemple environ un tiers des participants à Tours), cheminots, soignants, pompiers, lycéens et étudiants... 

Beaucoup de manifestants faisaient part de leur détermination à continuer la lutte. Déjà dans la rue le 5 décembre, Cécile, professeure d'histoire-géographie au collège Michelet de Toulouse, le sera encore "la semaine prochaine si le gouvernement ne cède pas et ne retire pas" son projet de réforme des retraites. 

Au-delà des cortèges ayant parcouru les centre-villes, la mobilisation a emprunté çà et là d'autres formes. Une opération escargot sur l'A16, sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais, a créé au moins 7 km de bouchons en milieu d'après-midi. Et à Angoulême, 1.000 à 2.000 personnes ont préféré se réunir de manière statique entre une usine et un lycée professionnel, lieu symbole "de la convergence des luttes entre public et privé".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.