Retour aux 90km/h : les conditions imposées par le gouvernement sont "du foutage de gueule", selon le président du Nord

Retour aux 90km/h : les conditions imposées par le gouvernement sont "du foutage de gueule", selon le président du Nord
Des agents retirent un panneau de limitation de vitesse (illustration)

, publié le vendredi 07 février 2020 à 12h25

"On nous dit vous pouvez le faire et on dit les conditions pour le faire. Il faudrait avoir des routes dans les nuages".

Le président divers droite du Nord, Jean-René Lecerf, s'en est pris au "foutage de gueule" de la part du gouvernement qui impose selon lui des conditions trop drastiques de retour aux 90km/h sur les routes nationales. "Il y a des choses très surprenantes. On nous a demandé surtout de ne pas rétablir les 90 km/h lorsque le tronçon ne fait pas 10 km, lorsque la route n'est pas en ligne droite continue", s'est emporté sur France Bleu Nord l'ancien sénateur LR du Nord.


Le département ne peut revenir aux 90 km/h sur les routes que "lorsqu'il n'y a pas de riverains, lorsqu'il n'y a pas d'arrêt de bus, lorsqu'il n'y a pas d'engins agricoles, autrement dit pas en zone rurale", a-t-il encore énuméré. "On se fout de nous. C'est du foutage de gueule. On nous dit vous pouvez le faire et on dit les conditions pour le faire. Il faudrait avoir des routes dans les nuages", a-t-il poursuivi.

Le nombre de morts sur les routes (3.239 personnes) a atteint en 2019 son plus bas niveau historique en métropole, un chiffre attribué par le gouvernement à l'abaissement à 80 km/h sur lequel plusieurs départements commencent toutefois à revenir. Aux termes d'une circulaire de l'Intérieur, les élus locaux doivent motiver leur décision et respecter certaines conditions avant de prendre une telle décision. Jean-René Lecerf, "qui ne respectera pas" la circulaire, prendra "d'ici un mois" la décision de remettre "un certain nombre de routes" aux 90km/h.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.