Reprise de Thomas Cook France: le tribunal tranchera le 28 novembre

Reprise de Thomas Cook France: le tribunal tranchera le 28 novembre
Le tribunal de commerce de Nanterre se prononcera sur la reprise de Thomas Cook France le 28 novembre

, publié le mardi 19 novembre 2019 à 20h57

Le tribunal de commerce de Nanterre a mis en délibéré au 28 novembre sa décision sur la reprise de Thomas Cook France, placé en redressement judiciaire, après avoir examiné les 18 offres partielles en lice, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.

La filiale française du géant britannique Thomas Cook, qui a fait faillite fin septembre, emploie 777 salariés. Elle détient 174 agences de voyage en propre, sans compter 247 autres points de vente franchisés qui ne sont pas concernés par la procédure.

Mardi, le tribunal de commerce de Nanterre a auditionné à huis clos chaque candidat intéressé par un ou plusieurs actifs du voyagiste et a ensuite indiqué qu'il mettait sa décision en délibéré au 28 novembre, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier.

Au terme d'un délai supplémentaire accordé aux administrateurs judiciaires afin d'améliorer les dossiers, un total de 18 offres de reprise partielles sont actuellement sur la table.

Pour Thomas Cook France, un éventuel regroupement de 12 de ces 18 offres - qui ne convoitent pas les mêmes points de vente - "permettrait la reprise de 149 agences et 324 salariés", avait-il mis en avant dans un communiqué lundi soir.

Parmi les repreneurs en lice figurent notamment cinq entreprises qui se sont regroupées pour peser plus lourd: Marietton (Havas Voyages), Salaün Holidays, Karavel, Le Vacon et Sainte-Claire qui proposent de reprendre ensemble quelque 140 agences sur 174.

En revanche, l'offre qui était portée par l'équipe managériale a été "retirée": alors qu'elle "était la seule à proposer une reprise de l'activité tour operating Jet tours, elle n'a pas réussi à trouver la totalité du financement nécessaire dans les délais impartis".

"En fonction des diverses combinaisons d'offres possibles et s'agissant des salariés qui ne seraient pas repris, des projets de PSE sont discutés avec les représentants du personnel et ne sauraient être définitivement arrêtés avant adoption des offres par le tribunal", précisait lundi soir la direction du voyagiste.

A fin septembre 2019, Thomas Cook France revendiquait un chiffre d'affaires ("brut consolidé") de 750 millions d'euros, se répartissant entre 380 millions pour son réseau de distribution et 370 millions pour son activité de tour-opérateur via la marque Jet Tours.

Mais selon ses comptes déposés au greffe, consultés par l'AFP, la filiale française enchaîne également depuis des années les pertes: -26 millions d'euros pour l'exercice clos en septembre 2018, -30 millions en 2017, -21 millions en 2016.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.