Réouverture des petits commerces : quelles sont les options envisagées ?

Réouverture des petits commerces : quelles sont les options envisagées ?©GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
A lire aussi

, publié le mardi 10 novembre 2020 à 12h10

Les chances que les commerces non-essentiels soient autorisés à rouvrir cette semaine sont minimes. Malgré la pression, le gouvernement semble s'orienter vers une réouverture début décembre, avec des protocoles sanitaires renforcés.

En annonçant le confinement, le 28 octobre, Emmanuel Macron avait promis : "Tous les quinze jours, nous feront le point" sur l'ouverture des commerces non-essentiels.

Un point d'étape doit donc se tenir cette semaine, probablement jeudi, alors que les tensions se font de plus en plus fortes : arrêté municipaux contre les fermetures, manifestations de commerçants, magasins restés ouverts... Les aides promises par le gouvernement ne sont pas suffisantes pour apaiser les 200.000 commerces dits non-essentiels. Quels sont les scénarios envisagés par le gouvernement ?

Alors que les fédérations de professionnels ont été reçues au ministère de l'Économie, une réouverture semble pour le moment exclue, avance Le Parisien. "Ce ne sera pas cette semaine, confie un haut fonctionnaire de Bercy. Quand on voit que les hôpitaux sont saturés, ça n'aurait aucun sens." Pire : "Il y a un Conseil de défense jeudi, l'hypothèse est plutôt celle d'un tour de vis supplémentaire", selon l'entourage du Premier ministre.


Selon un cadre de la majorité interrogé par l'AFP,"ce n'est pas trahir de grand secret que de dire qu'il est très peu probable que le 12 novembre la situation soit allégée" pour ces commerces. "L'objectif est que d'ici le 1er décembre on puisse alléger la contrainte pour que les courses de Noël puissent se dérouler normalement. D'ici là, il faut faire appel à la discipline des gens", a ajouté cette source.

C'est le deuxième scénario envisagé par le gouvernement. "Cette semaine de rendez-vous avec les représentants des fédérations n'était pas de la câlinothérapie, selon Matignon. Bercy à fait un travail d'écoute et préparé la suite, avec des protocoles sanitaires exemplaires."

"Si la courbe épidémiologique s'inverse, nous pourrons amorcer dans quinze jours un déconfinement des commerces non-essentiels", promet-on dans l'entourage de Bruno Le Maire, selon Le Parisien. "Au vu de la situation sanitaire, nous préférons rester fermés jusqu'au 1er décembre si cela permet de sauver Noël", explique d'ailleurs la coprésidente de la Confédération nationale artisanale des instituts de beauté, Martine Bérenguel.

Sans avancer de date, le Medef, de son côté, se fait pressant. "La bonne solution, c'est de rouvrir tous les commerces, le plus rapidement possible. On ne peut pas passer le mois de décembre avec des magasins fermés. Ce serait un tsunami économique", assure ainsi dans Le Monde le patron du Medef Geoffroy Roux de Bézieux, disposé à ce que la réouverture s'accompagne de mesures "plus strictes".

Et quelles seraient ces mesures ? Plusieurs sont à l'étude. Il pourrait par exemple s'agit de faire passer la jauge de 4m2 par client à "10m2 environ", selon Bercy, cité par Le Parisien. Il pourrait également être obligatoire de prendre rendez-vous avec le magasin. Des idées qui conviennent aux petites commerces, mais beaucoup moins aux grandes enseignes, qui pointent un problème de rentabilité. Une autre solution serait d'autoriser une ouverture généralisée des magasins le dimanche.

Enfin, le dernier scénario envisage, selon Le Parisien, est de muscler pour certains commerces le Fonds de solidarité de 10.000 euros. Pour "les magasins de jouets, de décoration ou encore les parfumeurs, ce n'est pas suffisant", reconnaît le ministère de l'Économie.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.