Rentrée scolaire : le dédoublement des classes de CP fait grincer les enseignants

Rentrée scolaire : le dédoublement des classes de CP fait grincer les enseignants
Des enfants font leur rentrée à l'école le 4 septembre 2017 à Corbeil-Essonnes
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le lundi 04 septembre 2017 à 09h50

Sur le papier, la mesure devait satisfaire tout le monde, instituteurs comme parents d'élèves. Sauf que dans la pratique, la mise en place des effectifs réduits dans les classes CP des quartiers défavorisés ne fait pas l'unanimité.

Le SNUipp, principal syndicat d'enseignants du primaire, dénonce une baisse des moyens dans le reste des classes.

"On enlève des moyens aux autres élèves, c'est inacceptable." Camille Bastien, membre du SNUipp, ne décolère pas. La co-secrétaire départementale du syndicat dans le Rhône a le sentiment que le gouvernement a les yeux rivés sur le CP, au point d'en oublier le reste du pays et des élèves. Pour elle, cette rentrée s'annonce électrique. "Dans le Rhône, il y a beaucoup d'écoles en REP+ (NDLR : des zones d'éducation prioritaire), donc le dédoublement des CP, c'est plus de 120 postes à trouver. Résultat : le dispositif "plus de maîtres que de classes" est supprimé, alors qu'il est très ancien dans notre département et qu'il porte ses fruits", a-t-elle expliqué à France Info. Ce qui signifie plus d'élèves pour les niveaux autres que le CP. En somme, déshabiller Pierre pour habiller Paul. "On focalise tous les moyens sur la classe de CP et on augmente les effectifs des autres niveaux", déplore la syndicaliste.

Avec l'instauration de ce changement, il y aura désormais "plus de 25" bambins par classe en CE1, CE2, CM1 et CM2, assure Camille Bastien. "Soit davantage que les années précédentes, où on était plutôt sur des moyennes de 22-23 élèves", détaille-t-elle. Sans compter les arrivées en cours d'année. "On sait qu'il y a beaucoup de mouvements dans ces zones d'éducation prioritaire : des élèves arrivent tout au long de l'année, donc les classes peuvent finir extrêmement surchargées", poursuit la syndicaliste. Dans le Rhône, le SNUipp a lancé un appel à la grève auprès des instituteurs pour la rentrée, lundi 4 septembre.



Mesure-phare de la rentrée pour lutter contre les inégalités sociales, 2.500 classes de CP dans les quartiers très défavorisés (REP+) vont mettre en oeuvre le dédoublement des classes, une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Dans 86% des cas, les classes compteront une douzaine d'élèves au maximum. Dans les 14% restant, il y aura deux maîtres dans la salle de classe. Pour inaugurer ce dispositif, Emmanuel Macron était attendu lundi dans une école primaire de Forbach, en Moselle. Le président devait rencontrer deux classes de CP dédoublées ainsi qu'une classe qui accueille des enfants handicapés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.