Rentrée scolaire : le dédoublement des classes de CP fait grincer les enseignants

Rentrée scolaire : le dédoublement des classes de CP fait grincer les enseignants
Des enfants font leur rentrée à l'école le 4 septembre 2017 à Corbeil-Essonnes

Orange avec AFP, publié le lundi 04 septembre 2017 à 09h50

Sur le papier, la mesure devait satisfaire tout le monde, instituteurs comme parents d'élèves. Sauf que dans la pratique, la mise en place des effectifs réduits dans les classes CP des quartiers défavorisés ne fait pas l'unanimité.

Le SNUipp, principal syndicat d'enseignants du primaire, dénonce une baisse des moyens dans le reste des classes.

"On enlève des moyens aux autres élèves, c'est inacceptable." Camille Bastien, membre du SNUipp, ne décolère pas. La co-secrétaire départementale du syndicat dans le Rhône a le sentiment que le gouvernement a les yeux rivés sur le CP, au point d'en oublier le reste du pays et des élèves. Pour elle, cette rentrée s'annonce électrique. "Dans le Rhône, il y a beaucoup d'écoles en REP+ (NDLR : des zones d'éducation prioritaire), donc le dédoublement des CP, c'est plus de 120 postes à trouver. Résultat : le dispositif "plus de maîtres que de classes" est supprimé, alors qu'il est très ancien dans notre département et qu'il porte ses fruits", a-t-elle expliqué à France Info. Ce qui signifie plus d'élèves pour les niveaux autres que le CP. En somme, déshabiller Pierre pour habiller Paul. "On focalise tous les moyens sur la classe de CP et on augmente les effectifs des autres niveaux", déplore la syndicaliste.

Avec l'instauration de ce changement, il y aura désormais "plus de 25" bambins par classe en CE1, CE2, CM1 et CM2, assure Camille Bastien. "Soit davantage que les années précédentes, où on était plutôt sur des moyennes de 22-23 élèves", détaille-t-elle. Sans compter les arrivées en cours d'année. "On sait qu'il y a beaucoup de mouvements dans ces zones d'éducation prioritaire : des élèves arrivent tout au long de l'année, donc les classes peuvent finir extrêmement surchargées", poursuit la syndicaliste. Dans le Rhône, le SNUipp a lancé un appel à la grève auprès des instituteurs pour la rentrée, lundi 4 septembre.



Mesure-phare de la rentrée pour lutter contre les inégalités sociales, 2.500 classes de CP dans les quartiers très défavorisés (REP+) vont mettre en oeuvre le dédoublement des classes, une promesse de campagne d'Emmanuel Macron. Dans 86% des cas, les classes compteront une douzaine d'élèves au maximum. Dans les 14% restant, il y aura deux maîtres dans la salle de classe. Pour inaugurer ce dispositif, Emmanuel Macron était attendu lundi dans une école primaire de Forbach, en Moselle. Le président devait rencontrer deux classes de CP dédoublées ainsi qu'une classe qui accueille des enfants handicapés.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
41 commentaires - Rentrée scolaire : le dédoublement des classes de CP fait grincer les enseignants
  • Dans ce milieu de politisés gochos ils continuent à grever et à se plaindre....
    Combien d heure/semaine ? combien de jours de congés ?
    Les plus grands acheteurs de camping-car !

  • "On sait qu'il y a beaucoup de mouvements dans ces zones d'éducation prioritaire : des élèves arrivent tout au long de l'année, donc les classes peuvent finir extrêmement surchargées"
    S'ils arrivent en cours d'année, ils viennent nécessairement de classes perdantes et à moins que l'immigration soit beaucoup plus importante que ce qui est annoncé, il n'y a pas, sauf phénomène local, d'augmentation significative des effectifs.

  • 12420900 ELEVES DIVISE PAR 884 300 ENSEIGNANTS = 14 éleves par enseignants
    il y a 50 ans dans la classe on était 30 éleves et a 16 ans on n'était productifs avec un métiers
    chercher l'erreur

  • les enseignants ne sont jamais contents, veulent des réformes de perlimpinpin. autrement dit on touche à rien mais on donne plus de moyens .... en salaires.

  • A moins de recruter plus de professeurs d'écoles, renforcer les classes de CP revient à augmenter les effectifs d'élèves dans les autres classes ce1 ce2 cm1 cm2. Toutes les années de primaire sont importantes et à plus de 25 élèves par classe ça devient galère et pour les professeurs et pour les élèves. J'en profite pour saluer le travail remarquable du corps enseignant qui doit à chaque changement de gouvernement supporter des réformettes pas toujours perspicaces

    YA KA ne plus faire de "réformettes" et à se satisfaire d'une médiocrité savamment entretenue! Réflexion faite, je ne vois pas pourquoi il faut, en 2017, continuer à avoir un statut de fonctionnaire pour faire la classe alors qu'on finance avec de l'argent public des salaires d'enseignants qui n'ont pas ce statut!