Renforcement du pass sanitaire, dose de rappel pour tous... Ce que devrait annoncer le gouvernement jeudi

Renforcement du pass sanitaire, dose de rappel pour tous... Ce que devrait annoncer le gouvernement jeudi
La validité du test anti-Covid pour les non-vaccinés voulant profiter du pass sanitaire devrait passer de 72 heures à 24 heures. 
A lire aussi

publié le mercredi 24 novembre 2021 à 19h25

Le port du masque pourrait de nouveau être rendu obligatoire dans tous les lieux intérieurs où le pass sanitaire est demandé ainsi que dans certains lieux extérieurs à forte concentration de personnes.

Avec plus de 30.000 cas de Covid-19 diagnostiqués mardi, la France est à son tour touchée par une nouvelle flambée épidémique. Et même si pour le moment, les hospitalisations restent contenues, le gouvernement s'apprête à prendre de nouvelles mesures, qui seront présentées jeudi 25 novembre à 12h30 par le ministre de la Santé Olivier Véran.

L'exécutif devrait notamment annoncer l'éligibilité de tous les adultes à la dose de rappel et un renforcement du pass sanitaire, selon des sources parlementaires et gouvernementales.



Actuellement, seuls les plus de 65 ans, les personnes à risque et les soignants peuvent recevoir cette dose de rappel de vaccin anti-Covid. Les plus de 50 ans y auront accès à partir du 1er décembre et la Haute autorité de santé a recommandé vendredi dernier de l'élargir aussi aux plus de 40 ans. À partir du 15 décembre, la validité du pass sanitaire chez les plus de 65 ans sera conditionnée à une dose de rappel six mois après la dernière injection.

De source gouvernementale, l'exécutif est décidé à aller encore plus loin en l'ouvrant rapidement à tous les adultes, comme le préconisaient ces derniers jours le Conseil scientifique et le Conseil d'orientation de la stratégie vaccinale, deux instances consultatives. Cette dose deviendrait à terme obligatoire pour conserver la validité de son pass sanitaire.

Selon deux sources parlementaires, le Premier ministre Jean Castex, qui recevait mercredi soir les responsables des groupes parlementaires, a indiqué que l'exécutif allait proposer de ramener le délai d'écart entre le dernier vaccin et la dose de rappel de six à cinq mois, "avec un délai de deux mois pour régulariser le pass sanitaire". "On a les doses. Mais cela nécessite de réarmer les centres de vaccination, de sensibiliser médecins de ville et pharmaciens pour qu'il vaccinent", souligne une source gouvernementale.

La validité du test anti-Covid pour les non-vaccinés voulant profiter du pass sanitaire devrait, lui, passer de 72 heures à 24 heures. Un renforcement des contrôles du pass sanitaire dans les restaurants, les cinémas et les transports ainsi qu'un renforcement des campagnes de tests de dépistage dans les écoles sont également dans les tuyaux.

Quant au port du masque, il pourrait être rendu obligatoire dans tous les lieux intérieurs où le pass sanitaire est demandé (restaurants, centres commerciaux, lieux de spectacle, musées, etc). Voire dans quelques lieux extérieurs à forte concentration de personnes comme les marchés de Noël, à la discrétion des préfets.

En revanche, aucune mesure restrictive de liberté type confinement ou couvre-feu n'est actuellement sur la table. "Nous pouvons éviter la submersion" à condition de prendre certaines mesures, a considéré le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal mercredi à l'issue du Conseil des ministres et d'un Conseil de défense sanitaire. "C'est en faisant respecter nos règles et en étant extrêmement scrupuleux que nous parviendrons à sauver les fêtes de fin d'année", a-t-il ajouté.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.