Religion : la quête passe au paiement sans contact

Religion : la quête passe au paiement sans contact

Une messe à Saint-Étienne-du-Rouvray, le 2 octobre 2016.

Orange avec AFP, publié le jeudi 18 janvier 2018 à 09h32

Dimanche, les fidèles de l'église Saint-François de Molitor, dans le XVIe arrondissement de Paris, pourront donner à la quête avec leur carte bancaire, via un paiement sans contact, rapporte Le Parisien jeudi 18 janvier.



C'est une première en France, dont le diocèse de Paris fait la présentation jeudi. En plus des paniers habituels, dans lesquels les paroissiens glissent pièces et billets, cinq autres dispositifs circuleront dimanche dans les allées de l'église, indique Le Parisien.

Il s'agit de paniers en osier contenant un smartphone et une mini borne de paiement sans contact. Sur l'écran, les fidèles choisissent le montant de leur don (2, 3, 5 ou 10 euros). Ne reste plus qu'à faire glisser la carte bancaire sur le lecteur. Le design du "panier" a été conservé afin de "rassurer" les donateurs, qui gardent leur "repères".



DONS ANONYMES

"Les paniers seront ensuite rapportés à la sacristie et les informations contenues dans le lecteur envoyées à un serveur qui traitera les données bancaires afin que chaque compte soit débité à J+1 maximum", explique au Parisien le directeur du développement des ressources financières du diocèse de Paris. C'est lui qui a imaginé le système avec une PME de l'Isère. "Jamais la paroisse et les prêtres n'auront connaissance du nom des gens qui ont donné", promet-il.

La quête dématérialisée existe déjà, rappelle Le Parisien, mais elle s'effectue depuis son propre portable, à l'aide d'une application à télécharger.

"Cela m'amuse, c'est ludique. Nos paroissiens sont réceptifs à la nouveauté, s'amuse auprès du Parisien le père Didier Duverne, qui jouera les pionniers dimanche. L'intérêt n'est pas économique. L'expérimentation n'est pas faite pour augmenter le montant des quêtes, mais pour anticiper l'avenir, quand les gens n'auront plus de monnaie, y compris pour leur baguette chez le boulanger."

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
184 commentaires - Religion : la quête passe au paiement sans contact
  • Ce miracle là, on peut l'expliquer

  • Une quête sans contact.....Que de frustration en vue, je crains le pire!

  • Chez nous ici, c'est une sœur qui quête pour les pauvres qu'ont froids. Les contacts sont très courts.
    Et les récoltes sont toujours mains pleines... De doigts.

  • Pourquoi pas par virement permanent?

  • Pas question d'utiliser le paiement sans contact, que ce soit pour la quête, à l'église, ou n'importe quel autre règlement. C'est la négation même de cette sécurité dont on nous parle tant, puisque n'importe qui, équipé d'un capteur et de l'application adéquate, peut vous pirater vos données bancaires !

    Alors là, vous avez tout à fait raison.

    je suis ok avec vous, le sans contact pas question.

    De toutes façons, on ne pourra jamais vous voler plus que ce que permet ce système : Aujourd’hui 25 € et bientôt 30 € ! De plus, il existe des porte-cartes inviolables ! Il faut vivre avec son temps !

    On a quatre à cinq jours pour faire opposition

    Vous avez peut-être raison, Choupette. Mais je serais beaucoup moins affirmatif que vous. Car justement, le plafond par opération étant très bas (20 ou 25 Euros), on risque de mettre un peu de temps avant de s'apercevoir que quelqu'un a pu pirater sa carte, encoder une fausse carte et "taper dans la caisse". Et une vingtaine d'achats "pirates" dans la journée, ça fait tout de même une somme que je préfère voir dans ma poche.
    Je ne suis pas assez fainéant pour éviter de taper mon code secret et, pour payer 20 ou 30 Euros, j'ai toujours assez de liquide sur moi.
    Vivre avec son temps, c'est très beau mais, parfois, on peut y laisser des plumes.