Reims : des migrants s'installent dans l'université, 8.000 étudiants privés de cours

Reims : des migrants s'installent dans l'université, 8.000 étudiants privés de cours

Des étudiants dans un amphithéâtre de l'université de Caen, le 14 septembre 2015 (illustration)

Orange avec AFP, publié le lundi 18 septembre 2017 à 09h40

Les portes de l'université Croix-Rouge de Reims sont restées closes, lundi 18 septembre. La direction a décidé de fermer temporairement l'établissement après l'installation d'un groupe d'une quarantaine de migrants, menacés d'expulsion, dans les locaux, selon une information de France Bleu.

Les cours sont suspendus "jusqu'à nouvel ordre" et les étudiants, invités à ne pas se rendre sur place.

À l'université Croix-Rouge de Reims, dans la Marne, l'habituelle agitation de début de semaine a laissé place à un calme plat. Dimanche soir, le président de l'université Guillaume Gellé a publié un arrêté pour fermer le campus. "L'accès aux locaux de l'université situés sur le campus Croix-Rouge est interdit jusqu'à rétablissement des conditions de sécurité", a écrit le chef d'établissement. La mesure impacte pas moins de 8.000 étudiants.



Cette décision a été prise après un événement imprévu. Durant le week-end, une quarantaine de migrants, dont des enfants, se sont installés dans des bâtiments de cette université, qui regroupe des filières de droit, sciences économiques, lettres et sciences sociales. Selon France Bleu, ces personnes en situation irrégulière campaient depuis plusieurs mois dans un parc de la ville et étaient menacées d'expulsion. Elles ont finalement quitté leurs abris de fortune avant d'en être délogées et se sont installées sur le campus universitaire, avec l'aval du syndicat étudiant Unef.

"La sécurité du domaine universitaire" n'est plus assurée, a déclaré Guillaume Gellé à France Bleu. Ni pour les étudiants, ni pour le personnel, pas plus que pour les migrants installés là. L'Unef, pour sa part, a appelé "les autorités locales, la mairie de Reims, la préfecture à héberger ces familles de manière urgente", dans un communiqué de presse.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
165 commentaires - Reims : des migrants s'installent dans l'université, 8.000 étudiants privés de cours
  • Quand les associations décident à la place des gouvernants démissionnaires la démocratie est en danger aussi il ne faudra pas s'étonner de la montée des populismes en Europe !

  • Oh Les Mélanchoniste insoumis ..On vous entend pas !

  • rapatrions nos troupes et mettons le paquet chez nous, et toutes ces associations plus d'argent et blouquées

  • Et pourquoi pas,le français paye .

  • ceux que la grosse bertha n'a pas voulu ? car ils ne sont pas ingénieurs,médecins ?