Réforme ferroviaire : la SNCF envisagerait bien de supprimer des « petites lignes »

Réforme ferroviaire : la SNCF envisagerait bien de supprimer des « petites lignes »©Panoramic

6Medias, publié le mercredi 14 mars 2018 à 09h06

Contrairement à ce que promettait le gouvernement d'Édouard Philippe, l'entreprise publique aurait bien en main un plan où certaines « petites lignes » disparaîtraient, selon une information d'Europe 1.


Alors que le projet de loi d'habilitation sur l'évolution du rail doit être présenté ce mercredi en fin de matinée en Conseil des ministres, c'est une information sensible qui vient de tomber. Tandis que le premier ministre Édouard Philippe assurait catégoriquement, il y a peu, qu'il n'y aurait pas de fermeture de « petites lignes », Europe 1 avance des informations différentes.

Selon les informations de la radio, la SNCF considérerait bien la disparition de certaines d'entre elles. Dans le détail, le « plan » prévoirait deux options. Pour les lignes qui peuvent être rentabilisées, celles-ci seraient confiées ou vendues aux régions qui auraient l'entière responsabilité de leur gestion. Pour les lignes les moins fréquentées, qui transportent quelques dizaines de voyageurs quotidiennement, la SNCF envisagerait de les supprimer pour les remplacer par des bus, ou de l'auto-partage (mise à disposition de véhicules). Plusieurs milliers de kilomètres de lignes seraient concernés. Selon les informations d'Europe 1, une dizaine de liaisons par bus pourrait être mise en place pour compenser la fin des deux-allers retours quotidiens par train. Cette solution serait la moins souhaitable pour les syndicats de cheminots. La position des régions est plutôt favorable, mais conditionnée à l'amélioration de l'offre de service public. L'objectif étant, pour la SNCF, de diminuer ses coûts de maintenance et d'exploitation (agents SNCF, rame, entretien et logistique, maintenance du train). Les syndicats de cheminots décideront demain, 15 mars, s'ils appellent ou non à la grève.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.