Réforme du Code du Travail : 500 CRS en arrêt maladie le jour de la mobilisation

Réforme du Code du Travail : 500 CRS en arrêt maladie le jour de la mobilisation

Des CRS à Paris le 1er mai 2017.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 13 septembre 2017 à 08h40

CONTESTATION. Pour exprimer leur ras-le-bol face à la dégradation de leurs conditions de travail et à la modification du régime de prélèvement auquel ils sont soumis, 35% des CRS qui devaient être présents lors des manifestations contre la réforme du Code du travail se sont fait porter pâle.

Entre près de 223.000 personnes selon les autorités et 400.000 selon la CGT sont descendues dans la rue mardi 12 septembre en France contre la réforme du Code du travail.

Mais les opposants à la réforme ne sont pas les seuls à avoir fait part de leur mécontentement. Dans un communiqué, le syndicat Unsa-police a fait savoir que 600 CRS en France se sont fait porter pâle mardi, a rapporté La Dépêche. Selon le syndicat, sur la zone sud, ce sont "93 collègues des CRS 28 Montauban, CRS 6 Nice et CRS 60 Avignon qui n'ont pas pris le service ce matin afin de tirer la sonnette d'alarme."

Auprès d'Europe 1, le syndicat de police Alliance a parlé de 500 personnes en arrêt maladie. "Aujourd'hui, 36 compagnies devaient travailler. Il y en a eu neuf indisponibles, soit à peu près 35% des collègues", a dit le délégué national CRS d'Alliance, Johann Cavallero. Cette "grève" déguisée traduit un "ras-le-bol" qui touche "plus de 80% des compagnies de CRS", selon ce dernier. "Il y a une accumulation. Depuis les attentats de 2015, il y a un sur-emploi. Il y a du matériel qui n'arrive pas, des véhicules qui ne sont pas renouvelés. La directive européenne en matière de repos n'est toujours pas appliquée aux CRS", a-t-il déploré. Même son de cloche auprès d'un autre délégué, qui a témoigné sous couvert d'anonymat auprès de BFMTV.



Les CRS protestent également contre la modification du régime de prélèvement auquel ils sont soumis. Cet été, le ministère de l'Intérieur a en effet annoncé que l'indemnité journalière d'absence temporaire (IJAT), contrepartie de leur absence du domicile familiale fixées en janvier à 39 euros, serait désormais imposée. Les délais de paiement ont aussi été allongés, passant de deux à trois semaines à deux ou trois mois.

La mobilisation du 12 septembre pourrait bien être la première d'une longue série préviennent les syndicats. Alliance a expliqué dans un communiqué que s'il n'est pas entendu sur le dossier de l'IJAT, la grogne des CRS pourrait se transformer en "actions de grande envergure sur tout le territoire".
 
80 commentaires - Réforme du Code du Travail : 500 CRS en arrêt maladie le jour de la mobilisation
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]