Reconfinement : "Si à certains moments c'est nécessaire, il faudra le faire", assure Jean-François Delfraissy

Reconfinement : "Si à certains moments c'est nécessaire, il faudra le faire", assure Jean-François Delfraissy
Jean-François Delfraissy, le 13 mars 2020, à Paris.

, publié le vendredi 09 octobre 2020 à 10h45

Le président du Conseil scientifique a prévenu vendredi matin que l'épidémie de Covid-19 allait durer dans le temps. "Il faut qu'on apprenne à vivre avec le virus jusqu'à l'été prochain", a-t-il estimé sur BFMTV




Alors que les indicateurs de l'épidémie de Covid-19 se sont une nouvelle fois dégradés en 24 heures, selon les données de Santé publique France, avec plus de 18.000 cas positifs, 77 morts et une une hausse du nombre de malades hospitalisés en réanimation (au-dessus de 1.400), le gouvernement a décidé jeudi 8 octobre de prendre des mesures supplémentaires. Lille, Lyon, Grenoble et Saint-Etienne passeront à partir de samedi en zone d'alerte maximale, tout comme Paris, Aix-Marseille et la Guadeloupe.

Une décision approuvée par Jean-François Delfraissy. "Les mesures de restriction sont indispensables. Ce qu'il faut, c'est regagner la confiance. Elles sont nécessaires sur les grandes villes pendant une période 15 jours 3 semaines. C'est un accompagnement localisé dans les grandes métropoles", a expliqué le président du Conseil scientifique vendredi matin sur BFMTV, saluant au passage l'action du ministre de la Santé. 

L'infectiologue a défendu cette stratégie à "la cocotte-minute". "La cocotte-minute, on la laisse souffler un peu, on laisse partir la vapeur, ensuite on ferme pendant 15 jours ou trois semaines, on prend des mesures de restriction. Ce sont des mesures transitoires qui permettent que le virus ne circule pas trop ensuite on rouvre et on va refermer dans une autre ville", a-t-il dit. "C'est cette stratégie-là qu'il va falloir avoir, plus les mesures de distanciation majeure et redire à la population la plus âgée de se protéger".

Des couvre-feu ?

Alors que le ministre de la Santé avait assuré la veille qu'il ne souhaitait pas reconfiner localement, le scientifique s'est montré de son côté moins affirmatif. "Si à certains moments c'est nécessaire, il faudra le faire. Si à certains moments, il faut prendre une décision de couvre-feu, il faudra le faire", a-t-il martelé, tout en assurant dans un premier temps qu'il fallait "tout faire" pour l'éviter. 

Une stratégie pour permettre de durer dans le temps. "Il faut que nous comprenions tous que nous sommes partis avec une vision de moyen et long terme avec ce virus. C'est-à-dire que ce n'est pas seulement septembre 2020 qui est en jeu, c'est l'ensemble de l'hiver 2020, le printemps 2021. Ça va durer", a expliqué le professeur Delfraissy. "Il faut qu'on apprenne à vivre avec le virus jusqu'à l'été prochain", a-t-il insisté.

Et ensuite ? "D'une part, ce virus finira par s'atténuer au bout d'un certain temps, spontanément", prédit M. Delfraissy, qui table également sur de grands progrès dans le domaine scientifique. "Il y aura probablement, et on a des raisons d'espérer, des premiers candidats-vaccins qui auront une certaine forme d'efficacité", a-t-il espéré.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.