Reconfinement : la SNCF va supprimer 70 % des TGV circulant dans le pays

Reconfinement : la SNCF va supprimer 70 % des TGV circulant dans le pays
©Panoramic

publié le mardi 03 novembre 2020 à 12h45

La SNCF va supprimer jusqu'à 70 % des TGV circulant en France en raison du confinement, confirme BFM TV et plusieurs médias. Les travaux d'entretien continueront en revanche.

Comme l'ensemble du pays, la SNCF doit s'adapter face aux mesures sanitaires prises en France pour freiner l'épidémie de coronavirus. Selon plusieurs médias dont BFM TV, la SNCF qui envisageait déjà de réduire la circulation de ses trains dans les semaines à venir va le faire plus rapidement que prévu. Ainsi, dès mercredi 4 novembre, la compagnie ferroviaire va supprimer progressivement jusqu'à 70% des TGV (inOui et Ouigo) qui circulent dans tout le pays. Selon la SNCF, la fréquentation s'est effondrée avec le reconfinement. En fonction de l'évolution de la situation, "des adaptations supplémentaires pourraient être mises en œuvre dans le courant de la semaine prochaine", a précisé la compagnie. Au plus fort du premier confinement au printemps, environ 93 % des TGV avaient été supprimés.

France Bleu détaille par ailleurs qu'il ne devrait y avoir que cinq allers-retours par jour entre Paris et Lyon, trois entre Paris et Dijon, ou encore deux entre Paris et Grenoble.


La SNCF a également indiqué que la restauration à bord de ses trains est suspendue depuis lundi 2 novembre. "Les billets TGV INOUI, OUIGO, Intercités et TER en correspondance sont échangeables et remboursables sans frais jusqu'au 4 janvier prochain", peut-on lire.

L'activité était maintenue à un plus haut niveau durant le week-end dernier pour venir notamment en aide aux vacanciers de la Toussaint. Pour ce qui est des TER, les trains régionaux, la question est un peu plus complexe, les régions ayant davantage de poids dans les décisions. En territoire francilien, "on essaye de voir durant les premiers jours de confinement les tendances qui se dégagent", explique Ile-de-France Mobilités au quotidien économique.

Une crise qui "va encore durer plusieurs mois, peut-être un an" 

Ce ralentissement de l'activité devrait tout de même être moins important que lors du premier confinement en 2020. A cette période, seuls 7% des TGV habituellement actifs circulaient, 18% pour ce qu'il s'agit des TER. Face à l'inquiétude des salariés, le patron de la SNCF Jean-Pierre Farandou prévient qu'il faudra vivre avec ces difficultés durant un certain temps. "Cette période de crise va encore durer plusieurs mois, peut-être un an. Nous allons faire bloc."

Le ralentissement de l'activité s'annonce tout de même important. Il est même décrit comme "comparable à celui du premier confinement" où le trafic des trains était inférieur de 60% par rapport à son activité de base. Si le nombre de trains en circulation baissera, le reste de l'activité devrait continuer, en particulier les travaux et chantiers d'entretien. Que cela soit sur les lignes ou même directement dans les gares, les entreprises de BTP pourront travailler avec l'accord du gouvernement. Une différence majeure par rapport au premier confinement où de nombreux chantiers avaient dû être reportés ou annulés.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.