Reconfinement éventuel : pâtes, papier toilette... "Pas de panique", il n'y a pas de risque de pénurie, assure Michel-Edouard Leclerc

Reconfinement éventuel : pâtes, papier toilette... "Pas de panique", il n'y a pas de risque de pénurie, assure Michel-Edouard Leclerc
Un caddie de supermarché rempli (illustration).

, publié le mercredi 28 octobre 2020 à 12h15

Alors qu'un reconfinement national pourrait être annoncé mercredi soir, les distributeurs appellent les Français à ne pas faire de stocks de produits de première nécessité, assurant qu'on "trouvera tout ce qu'il faut sans difficulté dans les semaines qui viennent" dans les supermarchés.

Devant la menace d'un reconfinement, "pas de panique, il y a du stock", a lancé Michel-Edouard Leclerc aux consommateurs. Le président du Comité stratégique des centres E.

Leclerc rejette tout risque de pénurie alimentaire et appelle à ne pas se ruer sur les pâtes ou le papier toilette dans un message publié mercredi 28 octobre sur les réseaux sociaux. 



"Confinement : risque de pénurie alimentaire ? Je confirme : 1/ les consommateurs depuis une semaine se jettent à nouveau sur les pâtes (+30%) et le papier WC (+20%)", constate-t-il. "2/ pas de panique, il y a du stock partout. Ne rejouons pas mars 2020 !", poursuit-il. Au printemps dernier, l'annonce du confinement avait précipité les Français dans les supermarchés pour faire des stocks de produits de première nécessité, contraignant les établissements à imposer des quotas sur certains denrées.

Dans la lignée de Michel-Edouard Leclerc, les distributeurs assurent tous qu'on "trouvera tout ce qu'il faut sans difficulté dans les semaines qui viennent" si "tout le monde reste raisonnable" dans ses achats. "Il y a quelques produits pour lesquels il y a eu une forte demande", a expliqué mardi à l'AFP le patron de la Fédération du commerce et de la distribution (FCD) Jacques Creyssel, mais "les distributeurs se sont préparés à toutes les éventualités puisque différents scénarios sont sur la table", de l'extension du couvre-feu nocturne à l'hypothèse d'un reconfinement partiel ou total.

"On a malheureusement l'expérience du confinement de mars, on voit bien les produits qui font l'objet d'une forte demande. Mais les magasins resteront ouverts, il y aura suffisamment de produits et donc pas d'inquiétudes à avoir pour les clients et les consommateurs", affirme-t-il. "Il n'y pas besoin de faire du stock, car on trouvera tout ce qu'il faut sans difficulté dans les semaines qui viennent". "On a un tout petit peu d'expérience, on a vu ce qui a précédé le confinement de mars, cela nous a appris un certain nombre de choses ainsi qu'à l'amont, aux industriels", abonde Thierry Desouches, porte-parole de Système U.

"Depuis la sortie du confinement, on a des stocks légèrement supérieurs à ce qu'ils sont normalement de produits qu'on dit 'psychologiques', comme les pâtes ou les conserves de légumes". S'il rappelle qu'il "faut attendre de savoir ce qui a été décidé" par le gouvernement, il espère surtout que les consommateurs "auront appris" de l'expérience du premier confinement, "compris que la chaîne d'approvisionnement avait tenu et que ce qui avait provoqué les ruptures étaient les attitudes un peu hors normes".

Intermarché de son côté reste "dans l'attente de l'annonce des mesures qui seront décidées par les autorités publiques", mais promet que, "de même que nous avons entre le 17 mars et le 11 mai fait le maximum pour assurer l'approvisionnement des Français, nous continuerons à faire le maximum sur les périodes difficiles qui s'annoncent". Lidl assure également avoir "toujours fait le nécessaire pour assurer des stocks conséquents, pendant et hors confinement".

Alors que le président Emmanuel Macron doit détailler ce mercredi à 20 heures les nouvelles mesures destinées à endiguer la nouvelle vague de Covid-19 et que la piste d'un reconfinement national d'un mois serait, selon plusieurs médias, privilégiée, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin avait assuré mardi que quelles que soient les mesures prises, "il y aura toujours des supermarchés ouverts".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.