Reconfinement : ce qu'il sera possible de faire et ce qui ne le sera pas

Reconfinement : ce qu'il sera possible de faire et ce qui ne le sera pas
Un policier contrôle une attestation de déplacement, le 24 octobre 2020 à Toulouse, alors que la ville était soumise à un couvre-feu.
A lire aussi

, publié le jeudi 29 octobre 2020 à 11h30

Si l'attestation de déplacement dérogatoire va redevenir obligatoire pour sortir de chez soi, certains changements sont notables par rapport aux règles du premier confinement. 

La France va connaître une nouvelle période de confinement à partir de ce jeudi 29 octobre minuit. Si l'attestation de déplacement dérogatoire va redevenir obligatoire pour sortir de chez soi, ce second confinement sera néanmoins plus "souple" que le premier.

Tour d'horizon de ce qu'il sera possible de faire et de ce qui ne le sera pas. 



• Ce qui restera possible

Changement notable par rapport à la période de confinement instaurée au printemps dernier, les crèches, écoles, collèges et lycées resteront ouverts. Néanmoins, les masques, déjà obligatoires pour tous à partir de 11 ans, seront étendus aux enfants dès l'âge de six ans

Autre changement d'importance par rapport au premier confinement, les visites en Ehpad et maisons de retraite seront possibles, dans le strict respect des gestes barrières et selon un protocole sanitaire renforcé. Il sera en outre possible de sortir pour porter assistance à une personne vulnérable.

Comme lors du précédent confinement, il sera possible de "prendre l'air" une heure par jour dans la limite d'un kilomètre autour de chez soi, ainsi que de sortir pour promener ses animaux de compagnie, en remplissant l'attestation de déplacement dérogatoire. Contrairement au printemps dernier, les parcs et jardin resteront ouverts

Il sera bien sûr possible de faire des courses de première nécessité, les commerces essentiels restant d'ailleurs ouverts (magasins alimentaires, magasins de réparation, bureaux de tabac, hôtels, banques, blanchisseries, agences d'interim, pompes à essence, pharmacies...). Les marchés couverts et de plein air resteront également ouverts. Les services publics resteront également ouverts.

Se rendre à un rendez-vous médical ne pouvant pas être assuré à domicile ni reporté sera également possible tout comme acheter des produits de santé. 

S'il est possible de se rendre sur son lieu de travail, avec une attestation de son employeur en plus de l'attestation de déplacement, le télétravail est à privilégier. 

• Ce qui ne sera plus possible

Contrairement aux écoles, collègues et lycées, les universités resteront fermées. Tous les cours magistraux et les travaux dirigés auront lieu à distance. Seuls les travaux pratiques auront lieu sur place, en groupe restreint et en respectant strictement le protocole sanitaire établi.

Tous les lieux accueillant du public, à l'exception des services publics, seront fermés : c'est le cas des bars, cafés, restaurants mais également des cinémas, théâtres et salles de concert ou encore les salons professionnels. Tous les commerces non-essentiels devront également fermer, selon une liste qui reste encore à définir. Il sera néanmoins toujours possible de se faire livrer des repas ou des produits divers à domicile.

Tous les rassemblements seront interdits, aussi bien les rassemblements privés en dehors du strict noyau familial que les mariages ou encore que les rassemblements publics. 

Les voyages hors de sa région seront interdits. Emmanuel Macron a néanmoins indiqué qu'il y aurait une tolérance pour le weekend de la Toussaint afin que les personnes parties en vacances puissent rentrer chez elles.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.