Rappel massif de glaces : l'oxyde d'éthylène est-il vraiment dangereux pour votre santé ?

Rappel massif de glaces : l'oxyde d'éthylène est-il vraiment dangereux pour votre santé ?©Pixabay

publié le mardi 15 juin 2021 à 19h00

Les autorités sont alertées depuis plusieurs mois à propos de produits potentiellement toxiques car contenant un taux trop élevé d'oxyde d'éthylène. Selon Ouest-France près de 7 000 références sont concernées.

Même si la tentation est grande en cette période forte chaleur, vérifiez à deux fois avant le premier coup de langue si votre crème glacée préférée n'est pas sur la liste des produits rappelés en magasin par les autorités. Une soixantaine de références de glaces, de distributeurs et de grandes marques, ont gonflé les rangs des produits signalés comme potentiellement dangereux du fait de leur taux trop élevé en oxyde d'éthylène. Ce pesticide " sert à désinfecter les produits et est interdit en Europe depuis 2011 car classé comme cancérogène " rappelle la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). 
 D'après France Bleu, les autorités sanitaires françaises ont été informées début septembre des premiers cas suspects été détectés en Belgique. Au cœur de l'affaire des produits contenant des graines de sésame en provenance d'Inde. Au 31 décembre 2020, la DGCCRF dénombrait 821 produits rappelés, 5 884 établissements contrôlés et 170 anomalies. La liste s'allonge de mois en mois et elle est disponible sur le site rappel.conso.gouv.fr, mis en place par le gouvernement pour signaler les produits potentiellement impropres à la consommation.

Contrôles insuffisants

Pour la Direction générale de la concurrence, de la consommation le principe de précaution est de rigueur : " On procède au retrait des produits quelle que soit la quantité d'oxyde d'éthylène, même s'il n'y a pas forcément un risque immédiat pour la santé des consommateurs ". La pression est donc mise sur les fabricants et importateurs. " Nous demandons aux importateurs d'ingrédients et aux fabricants européens de renforcer les autocontrôles afin d'assurer la conformité des ingrédients et des produits qu'ils commercialisent à la réglementation européenne ". Mais c'est tout un système de contrôle qui est à revoir car il n'y aurait, dans l'Union européenne, qu'un tiers des substances interdites au niveau européen qui passent par le contrôle des laboratoires officiels. Et la France ne compte que 37 personnes dédiées aux contrôles des denrées alimentaires végétales importées. 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.