Radars embarqués : expérimentation dans trois nouvelles régions

Radars embarqués : expérimentation dans trois nouvelles régions
Un véhicule banalisé embarquant un radar à Évreux, le 24 février 2017.

, publié le dimanche 12 mai 2019 à 16h44

La Normandie expérimente ces radars embarqués depuis un an déjà, avec près de trente véhicules qui circulent dans les trois départements de la région.

Trois nouvelles régions vont expérimenter les radars embarqués dans des voitures banalisées privées, rapporte Le Parisien samedi 11 mai.

"Après la Normandie, le dispositif sera étendu aux régions Bretagne, Pays de la Loire et Centre-Val-de-Loire", a annoncé la Sécurité routière, citée par le quotidien. Ainsi, les conducteurs en excès de vitesse dans ces régions pourront être flashés par des véhicules banalisés, conduits par les employés de prestataires privés.

Le dispositif est effectif depuis un mois en Normandie, après un an d'expérimentation.



Soixante de ces véhicules seront mis en circulation "à partir du mois de janvier 2020" : 19 en Bretagne, 20 en Pays-de-la-Loire et 21 en Centre-Val-de-Loire, détaille Le Parisien. Ils sont déjà 26 en Normandie.

"Le gouvernement s'entête à appliquer des recettes qui ne marchent pas, s'insurge le délégué général de 40 millions d'automobilistes, Pierre Chasseray. Entre les radars embarqués, le prix des carburants, les 80 km/h, si on voulait mettre la France en colère, il ne s'y prendrait pas autrement."


Mais du côté de la Ligue contre la violence routière, ce n'est, au contraire, pas assez."Quatre régions pourvues de radars embarqués en 2020, c'est très peu, selon sa présidente, Chantal Perrichon. Si l'expérimentation en Normandie est vraiment une réussite, alors il faut l'étendre à toute la France. Cela devient d'autant plus urgent qu'on assiste maintenant à la destruction de radars fixes."





 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.