Quatre Français sur dix manquent d'argent pour vivre de manière satisfaisante

Quatre Français sur dix manquent d'argent pour vivre de manière satisfaisante©INA FASSBENDER / AFP

publié le lundi 06 décembre 2021 à 15h50

Pour plus de six Français sur dix, en gagner davantage est donc un objectif important, souligne une étude du Crédit Coopératif.

Pensez-vous avoir suffisamment d'argent pour vivre de manière satisfaisante ? À cette question, quatre Français sur dix répondent "non", révèle la deuxième édition de l'Observatoire du sens de l'argent* réalisé par Vivavoice pour le Crédit Coopératif. Conséquence logique, 62% des personnes interrogées indiquent que "gagner davantage d'argent est un objectif important"

Pour près de neuf Français sur dix (89%), l'argent reste avant tout un moyen de se protéger, indique en outre l'étude.

Fait nouveau, il est également considéré comme un levier pour changer le monde par plus de 4 Français sur 10 (41%), un chiffre qui est plus élevé chez les plus jeunes (56% pour les 18-24 ans et 53% pour les 25-34 ans).



Les choix de consommation des Français reflètent cette conception. Si pour 53% des Français, les enjeux de rapport qualité-prix sont centraux dans l'acte d'achat, un chiffre qui se monte à 61% parmi ceux qui estiment manquer d'argent, 21% des Français indiquent que des considérations sur les questions de société sont prioritaires. 17% évoquent leurs envies comme moteur d'achat principal.

"On observe donc ici une dynamique en faveur d'un lien plus fort entre citoyen et consommateur, notamment chez la jeune génération", souligne l'étude. "L'argent passe progressivement de simple moyen de consommation à un levier d'action pour faire évoluer la société. (...) Les jeunes sont porteurs d'une vision spécifique de l'argent, bien que celle-ci soit présente dans une moindre mesure auprès des autres générations, signe de véritables évolutions de société", indique-t-elle.

En outre, parler d'argent est de moins en moins tabou. 40% des Français parlent souvent d'argent avec leurs proches, un chiffre plus élevé chez les plus jeunes : 56% des 18-24 ans et 59% des 25-35 ans évoquent souvent le sujet.

* Étude effectuée en ligne du 1er octobre au 15 octobre 2021 auprès d'un échantillon de 1.030 personnes, représentatif de la population habitant en France métropolitaine âgée de 16 ans et plus. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.