Quarantaine obligatoire : les voyageurs risquent 1.500 euros d'amende

Quarantaine obligatoire : les voyageurs risquent 1.500 euros d'amende
Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal le 8 avril 2021 à Paris.

publié le lundi 19 avril 2021 à 10h27

La France met en place une quarantaine progressive pour les voyageurs en provenance du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud, mais aussi de Guyane. Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a précisé les contours de la mesure lundi sur Europe 1.

Des amendes de 1.500 euros pour non-respect de la quarantaine imposée pour les voyageurs en provenance du Chili, du Brésil, d'Afrique du Sud, d'Argentine et de Guyane.

"Quand vous arriverez, vous aurez une obligation de vous isoler avec un arrêté préfectoral nominatif qui sera rendu. (...) Il y a aura des contrôles effectués par la police et la gendarmerie qui permettront de vérifier que vous êtes bien dans le lieu où vous devez vous isoler", a annoncé Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, invité d'Europe 1 lundi 19 avril. En cas de non-respect de la quarantaine, une amende de 1.500 euros pourra être appliquée, soit une amende de classe 5. Le montant passera à 3.000 euros en cas de récidive, a indiqué Gabriel Attal.

Le porte-parole du gouvernement, interrogé sur le respect de la quarantaine pour les voyageurs qui transitent par un autre pays européens, affirme que l'Union européenne travaille à la mise en oeuvre d'une réelle coordination sur ces sujets. 


Samedi, face à l'inquiétude sur les variants du Covid-19, brésilien notamment, Matignon a annoncé l'instauration en France d'une quarantaine obligatoire de dix jours pour les voyageurs en provenance du Brésil, d'Argentine, du Chili et d'Afrique du Sud. 


Les vols avec l'Argentine, le Chili et l'Afrique du Sud sont maintenus, alors que Paris avait annoncé dès mardi la suspension des liaisons aériennes avec le Brésil pour limiter la propagation d'un variant local, baptisé P1, réputé plus contagieux et dangereux. Cette suspension sera prorogée jusqu'au vendredi 23 avril inclus. 

La présence de variants en Argentine, au Chili et en Afrique du Sud n'atteint "pas les niveaux observés au Brésil", justifie Paris. Mais les voyageurs venant de ces trois pays, ainsi que du Brésil, devront désormais se soumettre à un isolement de 10 jours, accompagné de restrictions des horaires de sortie, avec un renforcement des amendes.

Entrée en vigueur de la mesure samedi 24 avril

Cette mesure, qui sera progressivement mise en oeuvre jusqu'à sa pleine entrée en vigueur samedi 24 avril, s'appliquera également aux voyageurs en provenance de Guyane. Par ailleurs, des tests antigéniques systématiques seront mis en place à l'arrivée pour les trajets de la Guyane vers les Antilles. "Un système de vérification sera mis en place, avant l'embarquement puis à l'arrivée, de l'existence d'un lieu de quarantaine adapté aux exigences sanitaires et des contrôles du respect de la quarantaine seront effectués au domicile par la police ou la gendarmerie nationales, accompagnés d'un renforcement des amendes en cas de non-respect de l'isolement", a précisé Matignon.

 Un test PCR négatif de moins de 36 heures négatif

En outre, pour les personnes arrivant de ces quatre pays, et à compter du samedi 24 avril, la liste des motifs et des catégories de personnes autorisées à venir en France sera restreinte, pour l'essentiel, aux seuls ressortissants nationaux, leurs conjoints et enfants, et aux ressortissants de l'Union européenne ou d'un pays tiers ayant leur résidence principale en France.

Le dispositif de test avant l'embarquement sera également renforcé : un test PCR négatif de moins de 36h (au lieu de 72h), ou un PCR négatif de moins de 72h accompagné d'un test antigénique négatif de moins de 24h seront désormais nécessaires. La réalisation d'un test antigénique sera rendue systématique à l'arrivée en France, avant de quitter l'aéroport.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.