Pyrénées-Orientales : la moitié des tableaux d'un musée étaient des faux

Pyrénées-Orientales : la moitié des tableaux d'un musée étaient des faux
Un gendarme le 9 mars 2018 à Balma. (illustration)

Orange avec AFP, publié le samedi 28 avril 2018 à 09h00

La mairie d'Elne a découvert à l'occasion de la réouverture du Musée Etienne Terrus que la moitié des œuvres du peintre acquises par la structure étaient des faux.

L'historien d'art Eric Forcada a été le premier à émettre des doutes. À l'occasion des travaux de rénovation du musée Étienne Terrus d'Elne (Pyrénées-Orientales), le spécialiste, invité à se pencher sur les œuvres du peintre catalan Etienne Terrus, reconnu pour ses paysages du Roussillon mort à Elne en 1922, met en effet le doigt sur la supercherie.

Réunis en commission, plusieurs autres experts jugent alors que 82 œuvres attribuées à l'artiste sont des faux, soit la moitié de la collection du musée.



Selon France Bleu qui publie l'information, vendredi 27 avril, le préjudice a été estimé à 160 000 euros. "C'est une catastrophe", a commenté le maire de la commune, cité par la radio locale. Plusieurs œuvres, dont des peintures, des dessins et des aquarelles ont été achetées par la ville pour le musée Terrus, d'autres sont des dons ou des prêts.

Un vaste trafic d'œuvres d'art

"Je me mets à la place de toutes les personnes qui sont venues visiter le musée, qui ont vu des œuvres fausses, qui ont pris un ticket d'entrée, quel que soit le prix. C'est inacceptable", a poursuivi l'édile. La municipalité a porté plainte pour faux, usage de faux, contrefaçons et escroquerie. La gendarmerie des Pyrénées-Orientales enquêterait selon France Bleu sur un vaste trafic d'œuvres d'art qui dépasserait le cadre du musée de Terrus.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU