Puy-de-Dôme : qui sont les trois gendarmes tués par un forcené

Puy-de-Dôme : qui sont les trois gendarmes tués par un forcené©Panoramic

, publié le mercredi 23 décembre 2020 à 14h10

Un homme a abattu trois représentants des forces de l'ordre et en a blessé un quatrième dans la nuit de mardi 22 à mercredi 23 décembre.

La petite commune de Saint-Just, dans le Puy-de-Dôme, est sous le choc. Dans la nuit de mardi à mercredi, un forcené a abattu trois gendarmes et en a blessé un quatrième.

Les militaires intervenaient après un signalement concernant des violences conjugales.



Les quatre militaires appartenaient à la compagnie d'Ambert, précise le Huffington Post. Le brigadier Marvel, 21 ans, a été le premier touché par l'homme lourdement armé de 48 ans. Il a également été le premier à succomber à ses blessures. Il faisait partie des deux premiers gendarmes à intervenir pour tenter de secourir une femme réfugiée sur le toit de sa maison. Le jeune homme était originaire de Montpellier. Le second gendarme a été blessé à la cuisse et transporté à l'hôpital. Son identité n'a pas été dévoilée.

Le tireur, connu pour des problèmes de versement de pension alimentaire, a ensuite mis le feu à sa maison avant de viser les militaires présents aux abords de sa maison. Deux gendarmes décèdent dans cette nouvelle confrontation : le lieutenant Cyrille Morel, 45 ans, et l'adjudant Rémi Dupuis, 37 ans, détaille Le Parisien. Les deux hommes effectuaient alors une reconnaissance en direction de la maison du forcené.

Des "héros"

Selon le quotidien régional La Montagne, l'adjudant Dupuis était enquêteur judiciaire de la communauté de brigades d'Ambert et membre du Groupe Montagne du département. Il était père de deux enfants de 10 ans et un an et demi. Le lieutenant Morel, de son côté, était commandant en second de la compagnie de gendarmerie d'Ambert. Il était marié et père de deux enfants de 11 et 15 ans.
Des gendarmes qualifiés de "héros" par le président de la République. Emmanuel Macron qui a rendu hommage à des hommes qui ont agi "pour nous protéger" et "au péril de leur vie". Dans un communiqué, le ministère de l'Intérieur a quant à lui salué trois militaires "animés par le service de la France". "La Nation s'incline devant leur courage et leur engagement", conclut le document.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.