Puy-de-Dôme : le choc après le drame

Puy-de-Dôme : le choc après le drame©Panoramic

, publié le mercredi 23 décembre 2020 à 08h12

Un forcené a abattu trois gendarmes et blessé un quatrième dans la nuit de mardi 22 à mercredi 23 décembre. Il a été retrouvé mort quelques heures plus tard.

C'est un véritable drame qui s'est noué dans la petite commune de Saint-Just dans le Puy-de-Dôme.

Un forcené a abattu trois policiers et en a blessé un quatrième dans la nuit de mardi 22 à mercredi 23 décembre. Les forces de l'ordre intervenaient après un appel pour des violences conjugales.

Un drame qui a fait vivement réagir au sein du gouvernement. Emmanuel Macron a ainsi publié un message d'hommage sur Twitter. "La Nation s'associe à la douleur des familles", a-t-il écrit avant d'ajouter : "Pour nous protéger, nos forces agissent au péril de leur vie. Ce sont nos héros".



Le Premier ministre Jean Castex a quant à lui salué, sur Twitter, la mémoire des trois gendarmes tués "alors qu'ils étaient engagés pour protéger et sauver". "Ce drame nous touche tous et endeuille le pays tout entier. je partage la douleur de leurs proches et de leurs frères d'armes et les assures de mon indéfectible soutien", a ajouté le Premier ministre.

Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et la ministre chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, ont de leur côté exprimé "leur profonde tristesse" après ce drame. Dans un communiqué publié par le ministère de l'Intérieur, ils présentent "leurs sincères condoléances à leurs familles, à leurs proches, ainsi qu'à l'ensemble de leurs camarades de la gendarmerie". Arrivé à Saint-Just en fin de matinée, le ministre de l'Intérieur a, de nouveau, présenté ses "condoléances aux camarades des trois gendarmes tués cette nuit". Il a également eu un mot pour "tous les services de l'État qui sous les feux d'un assassin ont protégé cette femme et son enfant" avant de dénoncer un "drame qui touche toute notre Nation".


"Gérald Darmanin et Marlène Schiappa expriment leur soutien à l'ensemble des forces de sécurité intérieur, mobilisées jour et nuit, pour assurer la sécurité de nos concitoyens", détaille le document avant de souligner : "Les circonstances tragiques de ces décès rappellent, une nouvelle fois, les risques auxquels sont exposés les gendarmes et les policiers dans l'exécution de leurs missions quotidiennes".

Le ministre de la Justice Eric Dupont-Moretti a quant à lui évoqué "l'effroi après l'annonce de la tragédie de Saint-Just". "Je m'incline devant la souffrance des familles et des proches endeuillés de nos 3 gendarmes. La France se souviendra que 3 militaires ont payé de leur vie le fait d'avoir protégé une femme menacée", a-t-il également écrit.

Autre réaction, celle du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, région où est situé le village de Saint-Just. Laurent Wauquiez a lu aussi rendu hommage aux trois gendarmes tués : "N'oublions jamais le dévouement des gendarmes : aller jusqu'à donner leur vie pour nous protéger" alors que la gendarmerie du Puy-de-Dôme salue "l'engagement" et le "courage" des trois victimes. "Nous nous associions à leur famille ne cette période qui aurait due être de fête", écrit-elle sur son compte Facebook.

Enfin, le président du Conseil départemental du Puy-de-Dôme, Jean-Yves Gouttebel, a exprimé sa "plus profonde tristesse" avant d'indiquer qu'il se rendrait sur place en fin de matinée aux côtés du ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.