Puy-de-Dôme : ce que l'on sait du forcené qui a abattu trois gendarmes

Puy-de-Dôme : ce que l'on sait du forcené qui a abattu trois gendarmes
Pratiquant de tir sportif, il se disait catholique très pratiquant, "voire extrémiste".

, publié le mercredi 23 décembre 2020 à 19h45

Tireur de compétition, surarmé, "survivaliste", le tueur avait "un profil particulièrement inquiétant", selon le procureur de la République de Clermont-Ferrand.

 Trois gendarmes ont été tués et un quatrième blessé dans la nuit de mardi à mercredi à Saint-Just (Puy-de Dôme) alors qu'ils intervenaient pour porter secours à une femme menacée par son compagnon, découvert mort quelques heures plus tard près de son véhicule."Le tueur avait un profil particulièrement inquiétant" selon Eric Maillaud, procureur de la république de Clermont-Ferrand.


Arrivé dans la région il y a quatre ans, Frédérik L. suivait une formation d'élagueur.

Pratiquant de tir sportif, il se disait catholique très pratiquant, "voire extrémiste", et était adepte des stages de survivalisme, persuadé de la fin prochaine du monde. 

Connu de la police 

Agé de 48 ans, l'auteur des tirs était connu de la police et de la justice pour des faits de droit commun, liés  à des différends relatifs à la garde d'enfants avec son ex-épouse. Frédérik L. avait "un profil particulièrement inquiétant en terme de personnalité", a déclaré Eric Maillaud.

Le forcené avait suivi une formation militaire "relativement courte mais c'est visiblement quelque chose qui lui tenait à coeur". Il pratiquait le tir en compétition et possédait tout un arsenal chez lui. 

Au moment de la fusillade, il portait un gilet pare-balles. "Il se disait catholique très pratiquant, voire extrémiste, a poursuivi le procureur de la République de Clermont- Ferrand. "Survivaliste, il fréquentait les stages d'entraînement à la survie. Il semblerait également qu'il était persuadé de la fin du monde prochaine". 

"Déterminé à faire un carnage" 

"C'est une véritable scène de guerre à laquelle nous avons tous été confrontés ce matin. Des centaines et des centaines de douilles, la maison incendiée, un individu surarmé", a relevé devant la presse Eric Maillaud. Après avoir incendié sa maison, laissé trois gendarmes au sol et blessé un quatrième, Frédérik L.  a pris la fuite au volant de son 4x4 dont il a perdu le contrôle environ un kilomètre et demi plus loin, et versé sur le côté gauche à flanc de colline.  

Au "regard des premiers éléments de l'autopsie, on a toutes les raisons de penser "le forcené s'est suicidé" à l'issue de sa cavale, a conclu Eric Maillaud.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.