Prothèses dentaires : de forts écarts de prix d'une ville à l'autre

Prothèses dentaires : de forts écarts de prix d'une ville à l'autre
60 millions de consommateurs a analysé les prix pratiqués par les dentistes de 40 grandes villes françaises.

Orange avec AFP, publié le jeudi 25 janvier 2018 à 13h00

Selon une étude de 60 millions de consommateurs publiée ce jeudi 25 janvier, le prix des soins dentaires varient en France "d'environ 30% entre les villes les moins chères et les villes les plus chères".

Couronnes, bridges, implants... L'association a passé en revue les prix pratiqués par "plus de 5.000 dentistes" installés dans une quarantaine de grandes villes.

Bilan ? Les prix varient très fortement d'une ville à l'autre. Cela sans réelle surprise puisque les honoraires sur les prothèses dentaires sont fixés librement par les praticiens, contrairement aux soins conservateurs comme le détartrage ou le traitement des caries.

MOINS CHER DANS LES VILLES DU GRAND OUEST

Les prix les plus chers sont "en région parisienne, également à Lyon, dans certaines villes du pourtour méditerranéen ou encore à Strasbourg", a précisé le rédacteur en chef adjoint du magazine Benjamin Douriez ce jeudi sur France info. A contrario, "les grandes villes de l'Ouest comme Rennes, Nantes et Brest, sont plutôt parmi des villes où les tarifs sont plus abordables".



Exemple type : la pose d'une couronne céramo-métallique. "Le prix le plus fréquent oscille, dans les 40 villes de notre échantillon, entre 519 euros (à Nîmes) et 704 (à Paris) euros - soit plus de 30% d'écart entre les deux villes", écrit le magazine. Cet acte n'est remboursé qu'à hauteur de 75,25 euros, précise le site de l'Assurance maladie.

Autre exemple : l'inlay core, soin utilisé lorsque la dent est dévitalisée ou délabrée. Là aussi, les tarifs évoluent fortement d'une région à l'autre. À Paris, il s'élève à plus de 300 euros contre 81 euros. "70 à 80% des couronnes donnent lieu à la pose préalable d'un inlay core", précise le mensuel, selon qui la pratique "tend à devenir quasi systématique".

DES ÉCARTS "NON NÉGLIGEABLES" AU SEIN DES MÊMES VILLES

"C'est en partie parce que l'inlay core est bien remboursé, contrairement à d'autres techniques de reconstruction de la dent", rétorque Catherine Mojaïsky, présidente de la Confédération nationale des syndicats dentaires (CNSD), au Figaro. "C'est la raison pour laquelle nous demandons un alignement de la base de remboursement pour toutes ces techniques dans le cadre des négociations conventionnelles".

Autre constat : "Au sein d'une même ville, il y a des écarts non négligeables", prévient Benjmain Douriez. "Par exemple, à Aix-en-Provence, les dentistes les plus chers facturent la couronne céramo-métallique à plus de 700 euros, et les dentistes les moins chers sont autour de 450. Il faut faire jouer la concurrence", conseille-t-il.



Pourquoi de tel prix ? "Les dentistes se plaignent souvent d'avoir des tarifs trop faibles", explique-t-il par ailleurs. "Cela explique le niveau élevé et ces écarts tarifaires d'une ville à l'autre". Reste que ces tarifs poussent certains Français à renoncer aux soins : "Quand on a pour une dent une facture totale de 1 000 euros avec une prise en charge par la Sécurité sociale autour de 200 euros, à l'arrivée, il reste plusieurs centaines d'euros à la charge du patient, même si la mutuelle complémentaire intervient", souligne-t-il. Malheureusement, "des personnes reportent ce type de soins ou y renoncent totalement".

60 millions de consommateurs recommande également de privilégier les professionnels de santé partenaires des complémentaires ou se rendre dans les facultés dentaires pour payer moins cher.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU