Proposition de loi sur les accents moqués : juste une "pique" à l'adresse de Jean-Luc Mélenchon

Proposition de loi sur les accents moqués : juste une "pique" à l'adresse de Jean-Luc Mélenchon
Laetitia Avia à Paris le 18 mai 2017.

Orange avec AFP, publié le dimanche 21 octobre 2018 à 14h31

La députée LREM Laetitia Avia l'a confirmé au JDD. Sa proposition de loi pour faire reconnaître la glottophobie comme une discrimination n'était qu'un trait d'humour.

C'était un trait d'humour. Jeudi 18 octobre la députée LREM Laetitia Avia était très en colère contre Jean-Luc Mélenchon qui s'était moqué la veille dans les couloirs de l'Assemblée de l'accent méridional d'une journaliste, à tel point que l'élu évoquait sur Twitter le dépôt d'un projet de loi. "Je dépose une proposition de loi pour reconnaître la glottophobie comme une source de discrimination", écrivait-elle.  

Aucune proposition de loi n'a toutefois été déposée dans ce sens. Laetitia Avia a confirmé au JDD dimanche 21 octobre qu'il s'agissait d'une blague et qu'elle avait simplement voulu "envoyer une 'pique' humoristique au leader de La France insoumise", explique-t-elle à l'hebdomadaire. 

"On a rédigé le texte en d'une heure, en prenant pour référénces les deux premiers articles qui apparaissent sur Google lorsqu'on cherche le mot 'glottophobie'". Le texte militait pour que la 'glottophobie' devienne le 25eme "critères de discriminations énumérés dans l'article 225-1 du Code pénal". 

Mais la blague sera perçu au premier degré malgré les tweets de la députée qui laissait supposer qu'aucun projet de loi n'avait été déposé. 

"Il n'est pas question de légiférer là-dessus, j'ai trop de respect pour nos institutions. Mais je suis heureuse d'avoir révélé un vrai sujet de société", explique-t-elle au JDD.

Si elle a reçu des messages de soutien de la part de personnes ayant souffert à cause de leur accent et même un message de remerciement de la part du sociolinguistique Philippe Blanchet qui a théorisé la "glottophobie" en 2016, l'opposition  a pointé l'"absurdité" de sa démarche, écrit le JDD. Dont Jean-Luc Mélenchon. Une mise au point semblait donc nécessaire. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.