Propos de Donald Trump sur le Bataclan : le Quai d'Orsay lui demande de "respecter la mémoire des victimes"

Propos de Donald Trump sur le Bataclan : le Quai d'Orsay lui demande de "respecter la mémoire des victimes"
Donald Trump au congrès de la NRA, à Dallas, le 4 mai 2018.

Orange avec AFP, publié le samedi 05 mai 2018 à 20h17

Le président américain a déclenché une vive polémique après avoir utilisé les attentats de Paris pour justifier sa politique sur les armes à feu.

"La France exprime sa ferme désapprobation des propos du président Trump au sujet des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et demande le respect de la mémoire des victimes", écrit le Quai d'Orsay dans un communiqué publié samedi 5 mai.

"Chaque pays définit librement sa propre législation dans le domaine du port d'armes comme dans d'autres.

La France est fière d'être un pays sûr où l'acquisition et la détention d'armes à feu sont strictement réglementées. Les statistiques de victimes par arme à feu ne nous conduisent pas à remettre en cause le choix de la France en la matière", ajoute le Quai d'Orsay.

Lors d'un discours à la convention de la NRA (National Rifle Association), vendredi 4 mai à Dallas, Donald Trump a de nouveau utilisé les attentats du 13 novembre 2015, à Paris, pour justifier sa politique sur les armes à feu, n'hésitant pas à mimer le massacre, quitte à susciter la polémique.

"Indignation et dégoût"

Des rescapés des attentats du 13 novembre avaient réagi sur les réseaux sociaux, certains appelant la diplomatie française à réagir. "Plutôt que me donner une médaille, pourriez-vous demander à @francediplo d'exiger des excuses de @realDonaldTrump ?", a ainsi tweeté Aurélia Gilbert.



La classe politique avait elle aussi fait part de son indignation après les propos du président américain. "Les propos honteux et les simagrées obscènes de Donald Trump en disent long sur ce qu'il pense de la France et de ses valeurs", a ainsi estimé François Hollande tandis que l'ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur au moment des attentats de 2015 a fait part de son "indignation" et de son "dégoût".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.