Professeur assassiné : le parent d'élève qui a appelé à la mobilisation contre Samuel Paty et le tueur ont échangé des messages

Professeur assassiné : le parent d'élève qui a appelé à la mobilisation contre Samuel Paty et le tueur ont échangé des messages
Hommage à Samuel Paty à Strasbourg, le 18 octobre 2020.

, publié le mardi 20 octobre 2020 à 16h40

Ce père a donné son numéro de téléphone sur Facebook dans un message accompagnant une vidéo dans laquelle il appelle à la mobilisation contre l'enseignant qui avait montré des caricatures de Mahomet lors d'un cours sur la liberté d'expression.

L'enquête progresse sur l'assassinat du professeur Samuel Paty. Le parent d'élève qui avait appelé à une mobilisation sur les réseaux sociaux contre l'enseignant a échangé des messages sur WhatsApp avec l'assaillant dans les jours qui ont précédé l'attaque, a-t-on appris mardi. Aucune précision n'a été donnée quant à leur contenu.


Ce père a donné son numéro de téléphone sur Facebook dans un message accompagnant une vidéo diffusée le 8 octobre dernier dans laquelle il appelle à la mobilisation contre Samuel Paty après une leçon de l'enseignant sur la liberté d'expression au cours de laquelle il a montré des caricatures de Mahomet, leçon à laquelle sa fille aurait assisté selon ses dires. Selon une source proche du dossier, si sa fille, scolarisée en 4e, faisait bien partie d'une classe à laquelle Samuel Paty a dispensé un cours sur la liberté d'expression le 6 octobre, elle était absente le jour-là. 

Le père de la collégienne a également diffusé le 12 octobre sur Youtube une nouvelle vidéo prenant pour cible l'enseignant, où on l'apercevait en compagnie du militant islamiste Abdelhakim Sefrioui. Les deux hommes étaient toujours en garde à vue mardi après-midi dans le cadre de l'enquête. 

Quatorze autres personnes étaient également en garde à vue mardi, dont cinq collégiens, pour comprendre comment l'assaillant, le réfugié d'origine russe tchétchène de 18 ans Abdoullakh Anzorov, a pu retrouver et identifier facilement sa cible avant de la tuer près de son établissement de Conflans-Sainte-Honorine. Selon une source proche du dossier, "un ou plusieurs collégiens" ont désigné à l'assaillant le professeur d'histoire-géographie, a priori en échange d'argent. L'entourage familial du tueur est également toujours interrogé par les policiers.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.