Producteur de musique tabassé à Paris : le caractère raciste retenu contre trois policiers

Producteur de musique tabassé à Paris : le caractère raciste retenu contre trois policiers
Le siège de l'IGPN dans le 12e arrondissement de Paris.

, publié le vendredi 27 novembre 2020 à 16h50

À la suite de l'ouverture d'une enquête par l'IGPN à l'encontre de policiers accusés de violences, trois d'entre eux ont été placés en garde à vue, le caractère raciste étant retenu.

L'enquête sur l'agression présumée d'un homme par des policiers avance. Trois des quatre fonctionnaires entendus ont été placés en garde à vue, vendredi 27 novembre.


Ils sont accusés du tabassage d'un producteur de musique noir sont poursuivis pour "violences volontaires, en réunion, avec arme et à caractère raciste", a-t-on appris auprès du parquet de Paris.

D'autres poursuites

Les trois fonctionnaires de police sont aussi entendus dans les locaux de l'IGPN, "la police des polices" pour "faux en écriture publique, violation de domicile par personne dépositaire de l'autorité publique et dégradations volontaires de bien privé", selon le parquet. Le quatrième policier est en garde à vue pour "violences volontaires, avec arme et en réunion ainsi que du chef de dégradations volontaires par moyen dangereux", par personne dépositaire de l'autorité publique, a détaillé le parquet.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.