Procès Merah : interpellation d'un homme soupçonné d'avoir effectué des repérages au Palais de justice

Procès Merah : interpellation d'un homme soupçonné d'avoir effectué des repérages au Palais de justice
Le Palais de justice de Paris le 11 octobre 2017.

Orange avec AFP, publié le mercredi 18 octobre 2017 à 17h11

SÉCURITÉ. Deux personnes ont été arrêtées et placées en garde à vue mercredi matin, révèlent plusieurs médias.

Un homme est soupçonné d'avoir effectué des repérages au Palais de justice de Paris, où se tient actuellement le procès d'Abdelkader Merah, et une salariée de lui avoir prêté son badge.

Le procès d'Abdelkader Merah est-il menacé ? Alors que le frère de Mohamed Merah est jugé depuis le début du mois devant la cour d'assises spéciale de Paris pour "complicité" des assassinats terroristes commis par le "tueur au scooter", un homme est soupçonné d'avoir effectué des repérages sur le fonctionnement des portiques de détection ainsi que dans la salle d'audience, rapporte mercredi 18 octobre Le Point.



Selon l'hebdomadaire, il a été arrêté mercredi matin à 6h à son domicile de Paris puis placé en garde à vue. Une information confirmée par des sources policière et judiciaire à L'Express et Franceinfo. Une salariée (L'Express parle d'un homme) du Palais de justice a également été interpellée et placée en garde à vue. Elle est soupçonnée de lui avoir prêté son badge.

L'HOMME ASSOCIÉ À LA FILIÈRE DES BUTTES-CHAUMONT ?

L'affaire remonte à la semaine précédente lorsque les gendarmes ont noté "le comportement suspect" d'un individu d'une trentaine d'années rodant près de la cour d'assises spéciale, relate L'Express. Le signalement est transmis à la justice et l'homme identifié. Il est connu de la police et de la justice pour vols avec violence, recel, trafic de stupéfiants. Selon Le Point, il fréquenterait par ailleurs les milieux islamistes des Buttes-Chaumont. Une filière dont étaient notamment issus les frères Kouachi, responsables de l'attentat contre Charlie Hedo en janvier 2015.

Les enquêteurs tentent désormais de découvrir les motivations de cette intrusion. "On tente de retracer son cheminement et de voir s'il a voulu faire des repérages", précise une source policière à L'Express. Pour l'heure, la section antiterroriste du parquet de Paris n'a pas été saisie, mais la sécurité a été renforcée aux abords de la cour d'assises, selon des journalistes.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU