Procès Jonathann Daval : les parents d'Alexia veulent rétablir "la vérité"

Procès Jonathann Daval : les parents d'Alexia veulent rétablir "la vérité"©Panoramic

, publié le mardi 10 novembre 2020 à 10h25

Le procès de Jonathann Daval, accusé du meurtre de sa femme, débutera le 16 novembre à Vesoul (Haute-Saône). Les parents de la victime veulent "se battre pour dire qui était Alexia".

Ils ont répondu aux questions de France 3 Franche-Comté.

Jean-Pierre et Isabelle Fouillot pensent à leur fille tous les jours depuis qu'elle a été tuée le 27 octobre 2017 : "On rumine tout le temps, le matin, la journée". "Elle nous manque de plus en plus. Tout nous rappelle Alexia, ici, ce salon, les lieux devant lesquels on passe, ce restaurant qu'on a fait avec elle, une silhouette", raconte à France 3 Franche-Comté Jean-Pierre Fouillot.

Le couple assistera au procès de Jonathann Daval, qui appelait sa belle-mère "maman". Après de longs mois d'enquête, leur ex-gendre a avoué avoir tué sa femme et avoir en partie brûlé le corps, retrouvé dans un bois de Haute-Saône situé près de leur domicile.



Les parents d'Alexia Daval ont longtemps cru à l'innocence de leur gendre : "Le meurtrier a tout choisi avec nous. Le cercueil, l'intérieur du cercueil. Le caveau qu'on a pris, c'est pour quatre personnes. Il y avait une place pour Jonathann". Et ils le regrettent amèrement : "On se reproche de n'avoir jamais douté. On gobait tout ce qu'il nous disait".  Le nom de Daval leur est désormais si "insupportable" qu'ils l'ont retiré de la pierre tombale de leur fille, faisant inscrire leur nom de famille à la place.

Les avocats de la défense avaient demandé un report du procès en raison de la pandémie de coronavirus, mais la cour d'assises de Haute-Saône avait rejeté leur requête. Le meurtrier présumé d'Alexia sera donc jugé du 16 au 20 novembre à Vesoul. "Je ne veux pas que les avocats de la défense racontent n'importe quoi sur ma fille. Ce qui m'intéresse c'est la vérité. Je veux la vérité. Je ne veux pas leur laisser le champ libre", assure à France 3 Isabelle Fouillot. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.