Procès de Valérie Bacot : à la barre, le témoignage bouleversant de ses enfants

Procès de Valérie Bacot : à la barre, le témoignage bouleversant de ses enfants©La cour d'assises de Saône-et-Loire, Capture Google Street View

publié le mardi 22 juin 2021 à 13h58

Les enfants de Valérie Bacot, jugée pour l'assassinat de son marie après plus de deux décennies de violences, abus sexuels et prostitution forcée, témoignent ce mardi 22 juin de leur quotidien familial sous l'emprise de leur père.  

Arrivée entourée de ses enfants devant la cour d'assises de Saône-et-Loire, à Chalon-sur-Saône, Valérie Bacot a cédé sa place à la barre à ses trois aînés, mardi matin.

Au cœur des débats de cette deuxième journée, le terrible huis clos familial marqué par la violence qui a poussé Valérie Bacot a tué son mari Daniel Polette le 13 mars 2016, à la suite d'une passe violente. Mari et père alcoolique et impulsif, il faisait vivre à sa femme et ses enfants une terreur quotidienne.  À ses enfants atteints de troubles de l'attention et du comportement et rencontrant des difficultés scolaires, Daniel Polette n'hésitait pas à dire qu'ils étaient des idiots et des attardés, relate France 3 Bourgogne-Franche-Comté. Étudiante en école d'infirmière, l'unique fille de la famille témoigne des capacités de manipulation de son père. Un jour, il annonce à ses enfants qu'il veut divorcer.



Quelques minutes après, il précise qu'il s'agit d'un mensonge et qu'il "voulait voir réaction". Et d'ajouter : "Je ne compte pas la quitter. Jamais."  Des souvenirs précis  Racontant des souvenirs précis, la jeune femme de 19 ans affirme : "Notre ancienne vie était une vie très compliquée, remplie de cris. On était terrorisé." Elle insiste aussi sur la violence subie quotidiennement par sa mère. "Je me souviens d'un jour où il lui a dit : 'Je vais prévenir tes enfants que je vais te mettre en sang, te mettre à terre et puis les tuer'." Elle parle aussi de l'étrange manie de son père, qui la regardait se déshabiller. "Je ne me sentais pas à l'aise quand il me regardait, me caressait les cheveux. Le but n'était pas la tendresse", dit-elle à ce sujet.  

"Pour nous protéger"

Et puis, Camille revient sur l'épisode du 12 mars 2016. Ce jour-là, son père lui demande "comment elle est sexuellement". Lorsqu'elle l'apprend à sa mère, Valérie Bacot craint que Daniel Polette veuille prostituer sa fille, comme il n'hésite pas à le faire avec elle. Alors, le jour où sa mère lui a appris la mort de Daniel Polette, la fille de Valérie lui a dit : "Maman ce n'est pas grave on va s'en sortir. Je sais que tu n'as pas fait ça par plaisir, mais pour nous protéger."  Vincent, 22 ans, est l'aîné de la fratrie. Il affirme que non seulement sa mère ne lui a jamais parlé de son intention de tuer son mari, mais qu'elle "serait morte de la violence que l'on subissait", si elle n'était pas passée à l'acte. "Il pouvait nous en mettre une sans aucune raison. Au début, je croyais que dans toutes les familles c'était comme ça", témoigne même le jeune homme. 

Il s'est aussi souvenu devant les juges de sa mère qui tentait à chaque fois de prendre la défense de ses enfants. "Ma mère a toujours été là pour nous soutenir", insiste-t-il. Le soir de la mort de Daniel Polette, "on l'a tous prise dans nos bras car elle était en pleurs. On était un peu choqué, mais on était surtout tristes car notre mère pleurait", se rappelle Vincent. En présence de sa mère, de son petit-frère et de Lucas, l'ancien petit-ami de sa sœur, Vincent participe à l'enterrement du corps de Daniel Polette : "On avait une peur, c'est qu'il se relève et nous tue."

Vos réactions doivent respecter nos CGU.