Procès Charlie: "Je n'ai rien à voir" avec les attentats, assure Peter Chérif

Procès Charlie: "Je n'ai rien à voir" avec les attentats, assure Peter Chérif
Peter Cherif extradé vers la France depuis Djibouti, le 22 décembre 2018

, publié le vendredi 23 octobre 2020 à 18h58

Le vétéran du jihad Peter Cherif, entendu comme témoin par visioconférence par la cour d'assises spéciale de Paris, a assuré vendredi n'avoir "rien à voir" avec les attentats de janvier 2015, avant de se murer dans le silence face aux questions de la cour.

"On m'a forcé à venir témoigner aujourd'hui sur une affaire pour laquelle je n'ai rien à voir", a déclaré Peter Cherif, masque sur le visage, pull bleu clair et bras croisés, après une série de bénédictions en arabe suivies de réflexions d'ordre religieux.

"Je n'appelle pas au crime, mais j'appelle tous les hommes à ouvrir les yeux sur la réalité de Dieu. C'est la seule chose que je vais vous dire aujourd'hui", a poursuivi ce proche des frères Kouachi, présenté comme un possible commanditaire des attentats et mis en examen dans un volet disjoint de l'enquête.

"Je n'ai pas cette attitude et ce comportement dans le but de provoquer, de choquer", a assuré le trentenaire, avant de conclure, d'un ton défiant: "A partir de maintenant, je ne vais plus répondre à une seule question".

Tour à tour, le président de la cour Régis de Jorna et les avocats ont essayé de l'interroger sur les faits dont il est soupçonné mais Peter Chérif s'est muré dans le silence, se mettant à lire ostensiblement un livre. Après 20 minutes infructueuses, la cour a décidé de mettre fin à l'audition.

Le témoignage très attendu de Peter Chérif était initialement prévu le 24 septembre, mais avait été reporté à la suite du malaise de l'un des accusés. Reprogrammé vendredi en milieu de matinée, il a été repoussée à plusieurs reprises en raison de l'attitude du témoin.

Actuellement incarcéré en région parisienne, après avoir été mis en examen dans un volet disjoint de l'enquête sur les attentats de janvier 2015, Peter Cherif avait fait savoir ces derniers jours à l'administration pénitentiaire qu'il refusait de se rendre à la visioconférence.

Présenté comme un possible commanditaire de la tuerie de Charlie Hebdo, Peter Cherif avait été arrêté en décembre 2018 à Djibouti avec sa femme et leurs deux enfants et placé en détention dans l'attente de son procès pour association de malfaiteurs terroristes.

Peter Cherif partageait avec les frères Saïd et Chérif Kouachi le même mentor, Farid Benyettou, ancien prédicateur de la "filière des Buttes-Chaumont", qui acheminait des jihadistes vers l'Irak.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.