Prix du gaz : la CGT dénonce des hausses "pharaoniques"

Prix du gaz : la CGT dénonce des hausses "pharaoniques"
(illustration)

publié le dimanche 01 août 2021 à 10h37

Les augmentations des tarifs réglementés se succèdent de mois en mois.

Après une augmentation de près de 10% en juillet, le tarif réglementé de vente (TRV) du gaz naturel vendu par Engie a augmenté de 5,3% au 1er août, suivant des annonces de la Commission de régulation de l'énergie. "Cette hausse est de 1,6 % pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 3,3 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 5,5 % pour les foyers qui se chauffent au gaz", détaille la CRE dans un communiqué.


Ces hausses, qui vont se traduire sur les factures des consommateurs, font tiquer le milieu syndical. "Pour la CGT, il n'y a rien qui justifie ces hausses", estime ainsi Fabrice Coudour, secrétaire fédéral de la Fédération nationale des mines et de l'énergie-CGT, à l'antenne de franceinfo.

"Dès 2004, on nous annonçait qu'il fallait ouvrir les capitaux des entreprises, déréguler le système pour que cela bénéficie aux usagers, sauf que depuis 2004 on subit pleinement ce marché que ce soit pour l'électricité ou pour le gaz", a t-il commenté, dimanche 1er août, concernant l'ouverture à la concurrence. "Ce sont des augmentations pharaoniques des factures, depuis 2004 les factures de gaz ont doublé", lance t-il.

Du côté du régulateur, plusieurs facteurs sont avancés pour expliquer l'augmentation du prix du gaz, dont la reprise économique, en particulier en Asie où la demande et les prix sont très élevés. D'autres éléments sont aussi évoqués par la CRE, comme la forte demande de gaz pour les stockages européens, très sollicités à cause des températures restées basses jusqu'au printemps, mais aussi des opérations de maintenance en mer du Nord et l'augmentation de la consommation de gaz pour la production d'électricité.



 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.