Privatisations : après les autoroutes, bientôt les routes nationales ?

Privatisations : après les autoroutes, bientôt les routes nationales ?
Le réseau des routes nationales intéresse fortement le secteur autoroutier.
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le samedi 30 mars 2019 à 22h14

Selon une enquête de Franceinfo, les sociétés d'autoroutes s'intéresseraient à la gestion d'une partie du réseau national non concédé.

Treize ans après la privatisation de 9.000 kilomètres d'autoroutes, le réseau des routes nationales intéresserait fortement le secteur autoroutier. Selon une enquête de la cellule investigation de Franceinfo, les sociétés d'autoroutes ont ainsi proposé, dans une "note interne" remontant au 17 avril 2014, de prendre en charge une partie du réseau routier national, soit 9.600 km au total en France. Ces sections de routes pourraient être transformées... en autoroutes.

Des routes dégradées

D'après ce document de l'Association des sociétés françaises d'autoroutes (ASFA), le "modèle vertueux" des concessions mises en place "pourrait s'élargir à l'ensemble du réseau routier national, dans sa configuration resserrée aux seuls grands itinéraires". L'avantage mis en avant serait notamment de favoriser l'entretien de ces axes, qui se dégradent faute de crédits.

L'ASFA estime qu'il "semble pertinent de "s'appuyer sur ce modèle" pour "continuer à développer et moderniser les infrastructures routières indispensables à la mobilité durable et au développement économique de notre pays". Interrogé par Franceinfo, le président de l'ASFA, Arnaud Hary, confirme que le réseau national intéresse le secteur, mais uniquement les portions qui pourraient à terme être transformées en autoroutes.

Une réflexion en cours

"Chaque fois que l'État décidera d'aménager son réseau de routes nationales et de le transformer en autoroutes concédées, les sociétés d'autoroutes répondront présent", a-t-il assuré. Si le projet n'est pas officiel, une réflexion est actuellement en cours sur le sujet. 

Le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, et la ministre des Transports, Elisabeth Borne, ont mis en place un groupe de travail sur "l'évolution de la gestion" du réseau routier national non concédé, précise encore Franceinfo. Le ministère des Transports a toutefois reconnu rester "prudent sur le sujet". Un rapport sur l'évolution de la gestion du réseau routier national non concédé devrait être rendu d'ici l'été 2019. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.