Prêtre blessé par balles : le suspect qui a avoué est "le mari d'une femme qui entretenait une liaison avec la victime", selon le procureur

Prêtre blessé par balles : le suspect qui a avoué est "le mari d'une femme qui entretenait une liaison avec la victime", selon le procureur©PHILIPPE DESMAZES / AFP

, publié le samedi 07 novembre 2020 à 17h38

Le prêtre de l'église orthodoxe grecque du 7e arrondissement de Lyon a été blessé par un tir de fusil à canon scié samedi 31 octobre.

Il a reconnu les faits, a annoncé le parquet ce samedi 7 novembre. Cet homme de 40 ans est en garde à vue depuis vendredi dans le cadre de l'enquête sur la tentative d'assassinat d'un prêtre orthodoxe le samedi 31 octobre à Lyon (est de la France).

Comme l'affirme dans un communiqué le procureur de la République, l'individu, de nationalité géorgienne selon Le Parisien, "s'avère être le mari d'une femme qui entretenait une liaison avec la victime".



Nikolaos Kakavelakis, prêtre de l'église orthodoxe grecque du 7e arrondissement de Lyon depuis une dizaine d'années, avait déposé sa démission il y a un mois. Il a été grièvement blessé samedi dernier par un tir de fusil à canon scié. Cette victime de 52 ans était sortie du coma mercredi et son audition par les enquêteurs aurait conduit à l'arrestation du suspect.

Une attaque qui a suscité un grand émoi

L'agression est survenue devant l'église, deux jours seulement après l'attentat dans la basilique de Nice. En plein contexte de forte menace terroriste, elle avait suscité un grand émoi. L'absence de revendication et la personnalité de la victime avait conduit le parquet national antiterroriste à ne pas se saisir des faits, la piste d'un différend de droit commun étant davantage privilégiée.

Nikolaos Kakavelakis "arrive à bouger un peu mais il a énormément de douleurs", a assuré auprès de Francetvinfo le responsable régional de la Métropole grecque orthodoxe de France, Georges Vassilakis, peu après que la victime soit sortie du coma. Le prêtre "souffre beaucoup psychologiquement", a-t-il continué, ajoutant qu'il devait être à nouveau opéré prochainement pour "éviter l'infection".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.