Présidentielle : un élu dénonce les conditions de vote des Français à Montréal

Présidentielle : un élu dénonce les conditions de vote des Français à Montréal©Panoramic

6Medias, publié le dimanche 23 avril 2017 à 18h00

Damien Regnard, élu de l'Assemblée des Français de l'étranger, a adressé un courrier au gouvernement pour dénoncer les conditions de vote des électeurs français en Amérique du Nord, et en particulier à Montréal.

Les centaines de milliers de ressortissants français inscrits sur les listes électorales en Amérique du Nord, comme ceux d'Outre-mer ou des autres pays du monde, ont voté samedi 22 avril, la veille du scrutin en France métropolitaine. Au Canada et aux États-Unis, ce vote s'est cependant transformé en épreuve de patience pour les électeurs concernés.

À Washington, par exemple, il fallait faire au moins une heure de queue pour accéder aux isoloirs.

Mais c'est à Montréal, au Canada, que la situation s'est avérée être la plus compliquée. Un seul endroit, le collège Stanislas, est en effet réquisitionné pour faire voter les plus de 57 000 Français inscrits sur les listes électorales. Résultat, il fallait parfois patienter plus de deux heures dans une file d'attente atteignant 1,5 kilomètre pour pouvoir accomplir son devoir de citoyen, sous la pluie et par une température avoisinant 5°. Une situation qui a provoqué la colère de Damien Regnard, élu à l'Assemblée des Français de l'étranger.



Ce dernier a fait parvenir au ministre des Affaires étrangères Jean-Marc Ayrault et au ministre de l'Intérieur Matthias Fekl un courrier dans lequel il évoque des circonstances "dramatiques" ayant poussé des personnes âgées ou en situation de handicap à rentrer chez elles et des familles avec des enfants à attendre dans le froid pendant des heures. "Il est inadmissible qu'en raison de cette situation, nos compatriotes soient découragés d'exercer leur droit de vote et se voient même parfois obligés de renoncer", écrit-il. Il déplore également que ces "rassemblements de Français" puissent constituer "une menace pour leur sécurité".

Il demande par conséquent au gouvernement de prendre ses responsabilités et de s'assurer que le scrutin du second tour et celui des prochaines élections législatives se dérouleront dans de "meilleures conditions" et que les moyens déployés seront "à la hauteur des enjeux".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.