Préservatifs : Christophe Dechavanne remporte le "combat de sa vie"

Préservatifs : Christophe Dechavanne remporte le "combat de sa vie"©Wochit

6Medias, publié le vendredi 18 janvier 2019 à 17h08

Christophe Dechavanne remporte enfin le combat qu'il mène depuis plus de 30 ans.

À la fin de chaque émission, l'animateur martèle depuis des années "Sortez couverts".

Bien plus qu'un simple slogan puisque c'est le nom qui a été donné à certains préservatifs.

D'abord vendus par boites de 12 au prix de 2 euros, il vont très bientôt être remboursés par la Sécurité sociale. "La capote "Sortez couverts" va être remboursée par la Sécurité sociale ! Ça va paraître dans les prochains jours au "Journal officiel" : les médecins pourront prescrire des préservatifs et les utilisateurs, se faire rembourser. C'est le combat de ma vie, avec des opérations spéciales, des installations de distributeurs...", a annoncé Christophe Dechavanne au site du Figaro ce vendredi 18 janvier.



Une satisfaction qu'il a partagée sur son compte Twitter. "Je suis tellement content... et fier un peu... Amis médecins, attendez quelques semaines que le journal officiel le publie... mais après... n'hésitez pas à prescrire si besoin", écrit Christophe Dechavanne.

Des médecins qui avaient déjà été prévenus par la ministre de la Santé en novembre dernier. "On pourra maintenant, quand on est un jeune ou quand on présente des risques particuliers, ou pas d'ailleurs, quand on est une femme ou quand on est un homme, aller voir son médecin et avoir des préservatifs remboursés sur prescription médicale", avait annoncé Agnès Buzyn sur France Inter.

Depuis le 10 décembre, les préservatifs de la marque Eden étaient les seuls à être remboursés par la Sécurité sociale. Mais ils devraient donc être très bientôt rejoints par les préservatifs "Sortez couverts" si chers à Christophe Dechavanne. Une des solutions pour faire baisser le nombre de contaminations alors que chaque année, en France, 6 000 personnes apprennent leur séropositivité.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.